Général

  • Sécurité: la gauche et les verts se moquent des citoyens !

    Le MCG, soutenu par l'UDC et par des citoyens hors de tout engagement partisan, défend le projet Police-Population qui a fait ses preuves dans le canton de Vaud. En intégrant les citoyens à la sécurité publique, on peut ainsi améliorer notre cadre de vie. A Vernier, nous avons ouvert le débat et le dialogue.


    Cela déplaît à un militant-membre écologiste qui nous attaque, en laissant planer des soupçons stupides et totalement infondés.

    Venant d'un parti qui a créé la catastrophe économique en France avec les 35 heures et le désastre à Genève avec sa politique d'immobilité, on pourrait être rassuré d'avoir une critique venant d'un milieu qui s'est plus d'une fois disqualifié.

    A Vernier, au niveau sécurité, les écologistes et leurs cousins socialistes ont défendu la plus mauvaise des solutions: multiplier les travailleurs sociaux. Au lieu de défendre une vraie politique, ils nous ont préparé des gadgets qui ont démontré leur inefficacité. Les faits parlent d'eux-mêmes. La politique de la gauche, associée au PLR, a démontré son échec en grandeur nature à Vernier.


    Contrairement à la gauche, le MCG s'oppose aux dangereuses utopies et défend des politiques pragmatiques, comme le projet Police-Population. Nous considérons les citoyens comme des personnes majeures et non des assistés qui sont mis sous la tutelle de travailleurs sociaux, telle est notre différence d'approche et nous comprenons que cela dérange certains de nos opposants.

    Face à cette situation désastreuse que la gauche nous a laissée à Vernier, il nous faut agir concrètement et vite pour le bien de tous. Nous devons réparer les pots cassés de la politique laxiste en matière de sécurité menée par l'alliance PS-Verts-PLR!


    Ecoute, Dialogue, Respect, Solidarité et Action !

    ce sont ces valeurs qui nous rassemblent.

    Je les porte à la Mairie de Vernier

     

    VERNIER.jpg
    Thierry CERUTTI
    Député Au Grand Conseil de Genève
    ancien Maire de la ville de Vernier


  • Notre Democratie est en Danger et nos droits bafoués - chapitre 1

    Heureusement qu’en politique l’hypocrisie, la sournoiserie et la mesquinerie ne tuent pas !
     

    Les socialistes pris la main dans le sac

    Le MCG apporte des preuves : l’affaire des armoiries !


    De tout temps, les armoiries communales ont été utilisées par des partis politiques traditionnels genevois lors de campagnes électorales. Voilà que les socialistes genevois nous ont préparé un coup fourré dont ils ont le secret.

    Décidément, les socialistes genevois n’ont pas peur de mettre en danger nos institutions. Ils attaquent le MCG avec des procédés qui sont inacceptables dans un régime démocratique. Sommes-nous à Genève dans une dictature socialiste ?



    Il vaut la peine de revenir sur l’affaire des armoiries. Pendant les élections municipales de 2007 le MCG a utilisé les armoiries des communes genevoises sur ses journaux et documents électoraux. Dans un premier temps, cette pratique est jugée légale.


    Un conseiller d’Etat socialiste répond au Conseil administratif d’Onex, le 23 mars 2007, que l’usage de ces armoiries ne paraît pas abusif ni trompeur.

     

    Le MCG a obtenu cette lettre le 20 décembre 2007, à la veille de se rendre au Tribunal Administratif, parce qu'il a du invoquer la LIPAD. Le pouvoir socialiste veut cacher la vérité !


    En effet, cette lettre a été demandée plusieurs fois à ce Conseiller d'Etat socialiste pendant plus de 8 mois sans que ce dernier,  malgré les multiples promesses qu'il nous a faites de nous la remettre,  y consente.


    La raison était très simple :


    Quelques mois plus tard, le 23 novembre 2007, tout seul comme un seul homme ce conseiller d’Etat socialiste ordonne au secrétaire adjoint de son département de rédiger une prise de détermination sous l'entête du département des Institution - Secrétariat général, pour tenter de démolir le MCG  à l'attention du Tribunal Administratif dans l'affaire de Vernier, ceci au nom du Conseil d'Etat de la République et Canton de Genève.


    Bien naturellement tout ceci sans l'aval et le consentement du Conseil d'Etat in corpore, lequel ne partageait absolument pas ce point de vue, lequel était uniquement le fruit de la pensée personnelle de cet élu socialiste.


    Dans cette prise de détermination, il est écrit entre autres :


    que le MCG « a fait usage durant la campagne, sans droit, des armoiries de la commune de Vernier »
    C’est exactement le contraire de la lettre envoyée en mars 2007 au Conseil administratif d’Onex. Entre-temps, il fallait supprimer un nouvel élu MCG à Vernier.

     


    Malgré cette lettre cachée par des hommes politiques socialistes, une décision contraire est prise par le Tribunal Administratif présidé par un certain François PAYCHERE.


    En juin 2007, le tribunal administratif, présidé par le juge socialiste, demande au MCG de retirer les armoiries, au moment où ce parti a de bonnes chances d’imposer un candidat à Vernier et à Onex. La loi est dure pour les ennemis du socialisme : On plonge dans l’arbitraire et le manque totale d’impartialité et d’indépendance du juge François PAYCHERE


    Le plus étrange, c’est la lecture des considérants du vendredi 15 février 2008,  rédigés par François PAYCHERE lequel date curieusement ces écrits au 5 février 2008, allez savoir pourquoi… il dit :


    Les questions de l’influence éventuelle de l’usage des armoiries communales au cours de la campagne ….. peuvent rester indécises, car leur résolution est sans influence sur le résultat auquel est conduit le tribunal de céans par l’examen des faits auquel il a procédé.


    DONC ACTE


    Devons-nous ce revirement de position de la part de François PAYCHERE a la lecture de la lettre rédigée par son ami socialiste ? Vraiment, c’est difficile d’être Indépendant, Impartiale, Honnête et Equitable lorsque nous devons TOUT à notre parti politique, même a lui redonner 10% de nos revenus pour pouvoir conserver notre place de travail au sein du pouvoir judiciaire


    Elle est pas belle la politique socialiste ?

     

     
    Notre démocratie est en danger lorsque nous faisons face aux malveillances, contrevérités et manipulations d’individus possédant la clé du pouvoir, d’autant plus lorsque ces derniers sont socialistes.
    Quand on est capable de faire ça,  pour une histoire d’armoirie, notre démocratie est menacée, nos droits sont attaqués, nos libertés sont bafouées.
    Et comme nous l’avons annoncé, l’ennemi du MCG a maintenant un visage : le socialisme.
  • Notre démocratie court un grave danger

    CITOYENNES, CITOYENS REVEILLEZ VOUS NOUS SOMMES EN DANGER

     

    NOTRE DEMOCRATIE ET NOS LIBERTES SONT ATTAQUES PAR LE SOCIALISME NAUSEABONT

     

     


    REAGISSEZ - ENSEMBLE POUR UN VRAI CHANGEMENT

    Interpellation urgente écrite


    Quand la gauche capte les votes lors des élections, en se servant des Maisons de quartier et des travailleurs sociaux, pour faire main basse sur les électeurs.
    Il a été porté à ma connaissance les faits suivants :
    - des travailleurs sociaux auraient voté à la place de personnes assistées lors de récentes élections en 2007, et ce en faveur des partis de gauche.
    - plus généralement, les Maisons de quartier des communes genevoises, prendraient ouvertement parti en faveur de ces mêmes partis de gauche.
    - dans les Maisons de quartier, on qualifie les partis de droite de partis anti-jeune, en les dénigrant. C’est en particulier le cas auprès des jeunes des communes suburbaines.
    - des mots d’ordre de vote en faveur de la gauche sont également donnés dans ces mêmes Maisons de quartier alors que, me semble-t-il, la raison d’être de ces espaces est d’être au service des citoyens et des jeunes sans prosélytisme politique.

    Les cas qui ont été portés à ma connaissance ne sont en aucun cas isolés mais tendent à démontrer une dangereuse dérive, qui est mise en place depuis des années.

    Profitant de structures financées par les contribuables genevois, certains partis n’hésitent pas à faire main basse sur la communication auprès d’électeurs souvent fragilisés par leur propre existence et donc plus malléables.

    Depuis trop longtemps, les partis de gauche interviennent dans la formation de l’opinion de personnes dépendantes socialement de l’assistance publique. Une fois encore, le prosélytisme politique si il est de bonne guerre lors des campagnes électorales, qui servent à ça, il est tout à fait condamnable lorsqu’il est véhiculé par les services sociaux qu’ils pilotent.

    Ces pratiques ne peuvent laisser indifférent dans le cadre de toutes les élections de 2007, puisque la procédure en cours à Vernier contre l’élection de mon collègue de parti vient de me faire découvrir ces pratiques et il ne peut pas être exclu qu’un certain nombre de votes étant favorables aux partis politiques de gauche aient été obtenus par ce procédé.

    Par ailleurs, on relèvera de nombreux conflits d’intérêts, entre le social et le politique. Par exemple, prenons le cas d’un candidat socialiste qui s’est présenté au conseil administratif d’une commune suburbaine et qui est également vice-président de la FAS (Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle) laquelle contrôle les centres de loisirs et maisons de quartiers des communes genevoises. Il se trouve donc à la fois juge et partie.

    Plus généralement, des services officiels, largement subventionnés par le Canton de Genève, se doivent de respecter une totale impartialité lors des diverses élections et votations.

    Je m’inquiète de constater cette étrange passivité envers certains partis politiques, qui sont au-dessus des lois et bénéficient d’une bien étonnante impunité, de cette dérive qui conduit par ailleurs les mêmes politiciens à contester ceux qui les battent dans leur fiefs. Actuellement, c’est le système deux poids deux mesures.


    Ma question au Conseil d’Etat est la suivante:

    Vu le pouvoir des travailleurs sociaux sur les personnes assistées, et l’influence des Maisons de quartier en particulier sur les jeunes, ne faudrait-il pas lancer une enquête, impartiale et donc conduite par des personnes qui n’ont aucun mandat politique, sur la politisation inquiétante des maisons de quartier et les détournements de vote qui se sont produits ?

     

    Merci de laisser vos commentaires et vos remarques

    Bien à Vous

    Thierry CERUTTI