19/11/2014

Budget ville de Vernier, la gauche l'a accepté, le MCG, l'UDC et les indépendants, NON !

Déclaration d’intentions du groupe MCG Vernier, justifiant le refus du budget d'une ville pas commune 2015.

La réalité démontre que nos finances ne sont pas saines et dépendent fortement des autres communes et des résultats des personnes morales à Genève, puisque le fonds de péréquation des personnes morales est alimenté par le prélèvement de 20% des revenus fiscaux des personnes morales. Quand on sait que la situation économique n’est pas rose d’un côté et que la réforme de l’imposition des entreprises à venir, qui découle de pressions extérieures à la Suisse, prévoit la baisse de 24% à 13% du taux d’impôt sur le bénéfice de celles-ci, il semble logique, à la minorité, d’anticiper ces éléments et de prévoir des budgets de circonstance.

Malgré l’équilibre comptable du projet de budget 2015, la situation financière de la commune reste délicate et particulièrement dépendante des différents mécanismes péréquatifs, donc des ressources qui nous sont versées par les autres communes genevoises.

Il faut également ne pas oublier de tenir compte du nombre de personnes physiques ne pouvant pas s'acquitter de leurs impôts. Cette proportion est importante au sein de notre commune. En mettant de côté ce volet, sans pouvoir leur permettre de reprendre une vie professionnelle, nous ne ferons qu'accroitre la spirale infernale de l'explosion des charges communautaires.

Et pourtant, malgré ces événements futurs, la majorité du Conseil administratif a préféré utiliser les importants revenus de la nouvelle péréquation pour dépenser à tout va au lieu d’anticiper.

Entre 2008 et 2014, les charges de la commune sont passées de CHF 83'740'252.- à CHF 105'181'009.-, soit une augmentation d'un peu plus de 20% en 7 ans, tout comme le nombre d’employés, passant de 450 à 540, alors même que la population de Vernier n’a augmenté que de 3'600 habitant soit 11%.

Les esprits chagrins auront à cœur de souligner qu’il s’agit de prestations supplémentaires en faveur de notre population qui a elle-aussi augmenté. Mais cette augmentation ne peut pas justifier une telle explosion des coûts :

Années Charges Revenus Excédents Investissements Autofinancement Recours à l'emprunt
2014 105'181'009.- 105'244'220.- 63211.- 24'857'000.- 17'111'248.- 7'745'752.-
2013 102'252'169.- 102'348'531.- 96'362.- 18'019'100.- 11'744'036.- 6'275'064.-
2012 98'907'385.- 98'082'011.- 174'616.- 18'882'856.- 11'614'263.- 7'268'593.-
2011 93'588'256.- 93'644'557.- 86'301.- 20'874'000.- 10'993'424.- 9'880'576.-
2010 88'065'915.- 88'066'524.- 609.- 20'920'000.- 9'599'198.- 11'320'802.-
2009 87'890'083.- 87'995'080.- 64'997.- 15'937'900.- 9'788'050.- 6'149'850.-
2008 83'740'252.- 83'813'115.- 72'863.- 16'016'250.- 8'938'803.- 7'077'447.-

Investissements


Depuis bien des années, nous nous concentrons sur le budget de fonctionnement et aux investissements. Nous devrions tenir compte à l'obligation de recourir aux emprunts qui en découlent pour en assumer les charges. Nous pouvons remarquer que depuis 2008, l'autofinancement a augmenté. Cependant, le recours à l'emprunt n'a pas diminué, malgré certaines embellies.

Si nous continuons ainsi, il ne sera pas possible de pouvoir garantir des prestations pérennes à nos habitants. D'autant plus lorsque le recours à l'emprunt se fait sans prendre garde au montant de la dette communale.

En conséquence, si notre autofinancement reste tel qu’il est actuellement, de telles charges et investissements creuseraient massivement la dette communale obérant d’autant une situation financière déjà peu reluisante.

Il convient donc, pour ne pas voir notre dette s’envoler, ce qui passe nécessairement par des économies dans le fonctionnement.


Gestion de la dette

Bien que le conseil administratif annonce une baisse de la dette de 14 millions, il omet de préciser que cette réussite est due à deux éléments majeurs :

- Les rentrées fiscales exceptionnelles que la ville de Vernier a engendrées depuis 2008
- Les outils de gestion efficaces et les mesures drastiques mises en place par le magistrat des finances MCG, entre 2008 et 2011
A ce jour, le conseil administratif de gauche n’a rien apporté ni développé, surfant sur le bilan et la réussite de son prédécesseur, tout en ne prenant pas les mesures nécessaires pour l’avenir.

Nous le dénonçons !


Priorité du Conseil administratif de gauche

Alors que les habitantes et habitants de la ville de Vernier souffrent du chômage, du coût de la vie trop élevé, de la pénurie du logement, des punaises de lits, et de l’immobilité généralisée par la fermeture de route, le conseil administratif privilégie une politique de petit copain par le financement d’infrastructures pour vélo, non utilisées, d’abris pour vélos non utilisés, d’aide aux pays voisins, de politique de l’immobilité arrosant de subventions diverses la clientèle de certains partis, sans rendre la circulation plus fluide, sans oublier la mise en place des correspondants de nuit inutiles car non légitimes en lieu et place de proposer une vraie politique de sécurité. (pour rappel GE-VEILLE est un projet 100% MCG), l’engagement de frontaliers par des institutions subventionnées alors que trop de résidents de Vernier sont au chômage. Les intérêts légitimes des citoyennes et citoyens de notre commune sont oubliés par les idéologues de l’alliance contre-nature PS-PLR-Verts.

Malgré les apparences trompeuses, la commune de Vernier se porte mal et ses habitants souffrent. Ils aspirent à un vrai changement.


Propositions concernant le projet de budget 2015

Considérant les éléments ci-dessus, le groupe MCG a fait un certain nombre de propositions d’amendements destinés à diminuer les charges et donc à améliorer notre autofinancement, qui ont été bien naturellement refusé par la gauche, PLR en tête.


Conclusion


Le projet de budget 2015 présenté par le Conseil Administratif est certes équilibré d’un point de vue purement comptable, mais ce n’est pas un bon budget parce qu’il ne tient pas compte de l’avenir qui ne s’annonce pas positif pour la commune. Conformément à l’adage « gouverner, c’est prévoir », il est fondamental de mettre dès à présent en place les mécanismes nécessaires à contenir le budget dans des limites raisonnables, afin d’offrir à notre population des prestations à vraie valeur ajoutée, sans bureaucratie inutile. Ceci passe par des efforts budgétaires à faire dès maintenant et c’est ce que propose la minorité au Conseil Municipal.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.