29/08/2014

Supprimons l'impôt sur les chiens !

 

Vous n’êtes pas sans savoir, qu’une personne désirant devenir propriétaire d’un chien doit suivre tout un cursus théorique et pratique, de surcroît onéreux, afin de recevoir l’autorisation de posséder « le plus fidèle ami de l’homme », et cela sans compter le coût de l’animal et les divers soins prodigués par un vétérinaire agréé, ainsi que les frais quotidiens pour assumer le bien-être de l’animal aimé.


De nos jours, il devient difficile pour une grande partie de la population, et plus particulièrement pour les personnes âgées et les personnes les plus précarisées, d’assumer toutes ces dépenses, alors que le fait de posséder un compagnon à quatre pattes est souvent pour elles le dernier rempart contre la solitude et le moyen de conserver à la fois une activité physique et des liens sociaux.

Il est dès lors permis de se demander pourquoi notre société devrait pénaliser financièrement une partie de la population, qui a fait le choix de vivre en compagnie d’un chien, qui constitue tout à la fois un apport affectif indéniable et une activité de loisirs, comme d’autres choisissent des activités sportives ou culturelles sans être soumis à un impôt ni à une taxe par ailleurs.

La présence d’un chien de compagnie génère-t-elle davantage de frais pour la collectivité que l’aménagement de lieux de détente, de sport ou de loisirs, au point que les propriétaires de chiens devraient être pénalisés pour leur choix ?

La réponse est clairement négative au vue de la réponse apportée par le conseil d'Etat à la question déposée ci-dessous par le premier signataire : 

 

http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/QUE00193A.pdf

 

ou le conseil d'Etat précise avoir investit pour les chiens moins de chf 35'000.--. 


Est-ce que les adeptes d’activités sportives ou culturelles devraient-ils être soumis à un impôt spécifique ?

 

Idem pour les propriétaires de chats, oiseaux, poissons ou autres animaux de compagnie devraient-ils également être soumis à une taxe ?

 

Le réponse va de soi, et est clairement négative. Non on ne soumettra pas les uns à un impôt, ni les autres à une taxe.


Alors pourquoi le détenteur d’un chien devrait-il s’acquitter d’un impôt, alors que bien souvent la présence de cet animal favorise le maintien d’une activité physique et sociale qui évite à la société la prise en charge d’affections touchant les personnes âgées sédentaires et isolées ?


Les impôts sur le revenu et la fortune, dont chacun doit s’acquitter en fonction de sa situation personnelle, doivent précisément servir à couvrir les frais générés par les activités déployées par un grand nombre d’habitants.

Les quelques parcs à chiens créés par les communes remplissent dès lors ce rôle, au même titre que l’aménagement d’un sentier pédestre, d’une piste pour VTT ou d’un skatepark par exemple.

A l’heure où notre parlement devra prochainement prendre position sur l’abolition d’un autre impôt historique qui n’a plus sa raison d’être aujourd’hui, à savoir la taxe professionnelle communale, il s’impose également de supprimer purement et simplement celui sur les chiens, lequel est clairement discriminatoire à l’égard d’une partie de la population, et qui

n’est désormais plus justifié par le principe du pollueur-payeur.

 

 article du matin de ce jour : http://www.lematin.ch/suisse/impot-chiens-faut-abolir/sto...


 

 

Ecoute, Dialogue, Respect, Solidarité et Action !

ce sont ces valeurs qui nous rassemblent.

Je les porte à la Mairie de Vernier

 

VERNIER.jpg
Thierry CERUTTI
Député Au Grand Conseil de Genève
Maire de la ville de Vernier 2009-2010

 

 

 

17:33 | Lien permanent | Commentaires (3) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

03/08/2014

Le pacte de 1291 - aujourd'hui encore plus d'actualité que hier !

_MG_8270b.jpg

Discours du 1er août 2009 de Thierry Cerutti Maire de la ville de Vernier

 

 

 

 

Chères Concitoyennes et Chers Concitoyens, Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

 

Au nom de la Commune de Vernier, en qualité de Maire, je tiens à vous souhaiter la bienvenue au Lignon, pour fêter tous ensemble dans la bonne humeur un jour important: le 1er Août, notre fête nationale.

 

Autour des lampions et près du feu de joie, qui porte bien son nom, nous célébrons des valeurs communes, que nous partageons, quelles que soient nos origines et quelles que soient nos différences. Nous nous retrouvons tous fédérés par ces idées essentielles qui se sont parfois effacées au cours des années et qui méritent d’être rallumées comme un feu du 1er août.

 

Aujourd’hui, nous sommes tous réunis pour célébrer un moment fort de notre vie nationale. Il y a plus de 700 ans, en 1291, trois cantons, Uri, Schwyz et Unterwald, ont signé un pacte, qui a donné naissance à notre pays, la Suisse des 26 cantons.

 

En 2009, le pacte de 1291 garde toute sa valeur. Il fut un acte de résistance et de courage, dirigé contre une menace extérieure, le despotisme des Habsbourg. En 1291, des hommes libres décidaient de se réunir pour défendre leurs droits contre de puissants seigneurs, qui voulaient les asservir. Ils exigeaient aussi que des juges arbitraires, désignés par les Habsbourg, ne puissent sévir dans ces vallées.

 

Au cours de ces nombreux siècles, d'autres vallées, d'autres villes et d'autres villages comme Genève et Vernier ont décidé de rejoindre la Confédération suisse.

 

Ensemble, désirant la liberté et la démocratie, nous nous sommes tous réunis autour du Pacte de 1291.

 

Si nous avons rejoint ce Pacte, de nombreux autres pays, en quête de liberté, s’en sont inspiré. Il suffit de penser à la Révolution française ou à la Révolution américaine qui a donné naissance aux Etats-Unis au 18e siècle.

 

Nous devons avoir le courage d’affirmer que le passé de la Suisse est une force. Le Pacte de 1291 reste un acte de courage, presque incroyable à cette époque, et nous devons, aujourd’hui nous les Citoyennes et les Citoyens, en être fiers.

 

En prêtant serment de se défendre mutuellement contre toute menace venant de l’extérieur, en se prêtant assistance contre le futur envahisseur, les Suisses de 1291 ont permis la création d’une démocratie remarquable et accueillante. Avec une seule idée, qui reste toujours valable: un pour tous, tous pour un!

 

A une époque où la Suisse est injustement traînée dans la boue, même par certains puissants chefs d’Etat étrangers qui veulent nous voir disparaître, il est important que nous les Suisses, nous les résidents Genevois, nous les habitants de Vernier, nous gardions en mémoire ces valeurs fondamentales: avoir du courage, résister. C’étaient les valeurs des Confédérés de 1291.

 

A voir les attaques dont notre pays fait l’objet, qu’il s’agisse des Etats-Unis, de la Libye, ou d’autres menaces tout aussi sournoises, le serment de 1291 garde toute sa valeur en 2009, preuve que les trois Suisses étaient clairvoyants. Et déjà, ils restaient pacifiques puisqu’ils s’engageaient à «résister à l’agression des méchants», qui existent toujours comme le prouvent les derniers événements internationaux.

 

Ces attaques indignes nous rappellent aussi que la Liberté et la Démocratie ne sont jamais acquises. Chaque jour, nous les Citoyennes et nous les Citoyens, nous devons nous battre pour les défendre, pour les faire vivre, à une époque où une certaine élite à tendance à capituler.

 

En 2009, les menaces ne sont pas moins dangereuses que celles de 1291, mais elles ont simplement changé de forme. Aujourd’hui, l’ouverture parfois mal maîtrisée de nos frontières donne lieu à du dumping salarial et exclut trop de résidents genevois du marché du travail. Le chômage devient en 2009 une nouvelle forme d’asservissement que nous devons combattre. En 2009, la menace des Habsbourg s’est placée sur le plan économique.

 

Sur cette même pente dangereuse, l’action de notre pays à l’étranger manque de fermeté, ce dont peuvent profiter certaines puissances extérieures.

 

Les Habsbourg de 1291 ont trouvé une relève qui nous est hostile. Cela doit nous renforcer et nous inciter à suivre les Confédérés de 1291 dans leur action de résistance courageuse. Autrefois, les menaces étaient guerrières ou féodales, aujourd’hui elles sont devenues économiques et diplomatiques.

 

Croire que la Suisse du 21e siècle s’ouvre sur le monde relève d’une douce illusion, puisque notre pays n’a jamais cessé de se situer face à l’extérieur et de se placer intelligemment face à l’étranger, sous une forme ou une autre. En 1291 déjà, le col du Gothard faisait de cette région l’un des axes les plus ouverts sur le monde, qui savait défendre ses intérêts contre la menace extérieure. Il n’existe donc aucune contradiction entre l’ouverture sur le monde et la défense contre la menace extérieure.

 

Face à l’étranger, la Suisse a réussi à se faire respecter durant des siècles en montrant sa force. Certaines personnes mal inspirées voudraient que nous présentions nos faiblesses et une soumission face à l’extérieur, en prétextant qu’il s’agit de s’ouvrir sur le monde.

 

Cette direction est dangereuse et ne peut nous conduire qu’à la catastrophe. Ce serait un reniement complet du Pacte de 1291.

 

Au contraire, soyons fiers de nos racines, de nos racines suisses, car elles vont nous permettre de mieux affronter l’avenir.

 

C’est un formidable héritage qui nous a été légué par des générations de Suisses, d’étrangers amis de la Suisse bien assimilés et parfaitement intégrés. Cet héritage, nous les Citoyennes et les Citoyens de Vernier, nous devons le préserver et nous montrer à la hauteur des défis actuels.

 

Au moment où notre pays est attaqué, il est temps d’affirmer que nous sommes honorés et dignes d’être Suisse et d’habiter en Suisse.

 

Nous sommes fiers de défendre un idéal de liberté_MG_8235b.jpg

Nous sommes fiers de notre tradition démocratique

Nous sommes fiers de revendiquer le Pacte de 1291

Nous sommes fiers de nos valeurs suisses

Nous sommes fiers de Genève

Nous sommes fiers de Vernier

Nous sommes fiers de notre pays et de ses habitants.

 

 

Unis tous ensemble, Défendons nos libertés et notre démocratie!

 

Vive Vernier, vive Genève, vive la Suisse!

 

Longue vie au Pacte de 1291!

 

_MG_8325.jpgLe Maire

Thierry Cerutti

Député - Genève

 

 

 

Ecoute, Dialogue, Respect,

 

ce sont ces valeurs qui nous rassemblent.

Je les porte à la Mairie de Vernier

VERNIER.jpg_MG_8330.jpg
 

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |