29/06/2014

Où sont les places de parking des jardins familiaux se trouvant en ville de Vernier ?

 

Tout porte à croire que le conseil administratif de Vernier ne sait pas que nous avons voté une nouvelle Constitution et que, notamment, il appartient à l’Etat donc aux communes de faciliter la complémentarité et la fluidité des transports. Sachant que la constitution s’applique aussi à Vernier, que cela plaise ou non aux ayatollahs de la petite reine.

 

Partant de cet impératif on est légitimé à se demander sur quel texte légal s’appuie ce conseil pour, bloquer des routes et chemins en fermant le trafic automobile, y compris  aux résidants et riverains,

 

A quel titre et sur quelle base légale  peut-il gaspiller le denier public pour réaliser des pistes cyclables totalement démesurées qui prétéritent et diminuent de façon anticonstitutionnelle la fluidité du trafic telle qu’elles inscrite à l’article 190 ch.2 de la constitution.

 

Au nom de quelle politique aménage-t-il des arrêts de bus à même l'asphalte réservée aux voitures et autres véhicules à moteurs si ce n’est pour bloquer de la circulation, entravant sa fluidité alors que celle-ci fait manifestement partie des obligations constitutionnelles des autorités, y compris à Vernier que cela plaise ou non à son exécutif.

 

Cette politique contraire aux impératifs constitutionnels est d’autant moins acceptable alors que, nous le savons toutes et tous, d'autres mesures non coercitives existent. Notamment celles qui, tout en ne prétéritant personne, amélioreraient considérablement la qualité de vie de tout en chacun. Est-il à ce point difficile de respecter la constitution genevoise ou l’exécutif ne l’a-t-il pas encore lue ?

Mais il est vrai et fort regrettable par ailleurs que cela est trop demandé à notre exécutif monocolore.

 

Il est encore plus scandaleux, alors que tout le monde vante les atouts sociétaux des jardins familiaux, que le conseil administratif décide de supprimer les places de stationnement réservées à ces usagers.

Cette attitude prouve le double discours de cet assemblage qui relève plus de l’arche de Noé que de la raison politique citoyenne. En période électorale ils ont flatté tout le monde, prétendant que leurs adversaires étaient des vilains. A l’exercice du pouvoir, ils nous montrent que la vilénie est leur fait et ils s’attaquent à des citoyennes et citoyens qui non seulement aiment la nature mais encore pour certains, se trouvent privés d’accès à leur seul oisir. C’est une politique anti-sociale que mène ce conseil administratif en s’en prenant ainsi aux utilisateurs des jardins familiaux sis sur notre commune.

Mais il est vrai que ce trio n’a aucun expérience du travail de la terre, ne sait même pas comment on fait pousser une tomate ou un concombre. Oser prétendre que les utilisateurs des jardins familiaux utilisent trop de place avec leurs autos ! Il n’y a que des théoriciens de pacotille qui peuvent oser dire que les jardiniers peuvent prendre les transports publics ou venir en vélo. Une attitude est typique de cette gauche caviar, sûrement fourni par le PLR, qui aime les jardins mais ne sait pas le travail de tous instants que cela demande.

 

Le groupe MCG s’inscrit en faux avec cette vision élitiste et défend le caractère éminemment social des jardins familiaux. Le groupe MCG défend un accès aussi large que possible aux utilisateurs de ces jardins qu’il remercie chaleureusement de les entretenir avec tant de soin.

 

Mes questions au Conseil Administratif sont les suivantes :

 

-         Le conseil administratif entend-il respecter les utilisateurs des jardins familiaux ou entend-il continuer sa politique hostile à leur égard ?

-          

-         Le conseil administratif va faire le nécessaire pour mettre à disposition des jardins familiaux des places de parking pour leurs utilisateurs ?

-          

-         Le conseil administratif va faire aménager des places de parking sur la bande de terre se trouvant en face du Bois-des-Frères devant les jardins familiaux du Lignon ?

-         Si la réponse à cette question est négative, est-ce que le conseil administratif va autoriser voir trouver une solution afin que cette bande puisse continuer à être utilisée par les usagers des jardins familiaux du Lignon comme par le passé ou va-t-il persister à faire verbaliser les usagers par la police municipale ?

-          

-         A quoi d’autre que d’alibi à M. Yvan Rochat sert le service de la mobilité de la commune de Vernier puisqu’il est démontré que ses décisions sont contraires à la constitution, notamment en terme de fluidité du trafic et de complémentarité des modes de transports, tous deux garantis par une constitution que les Verts et les socialistes ont pourtant portée aux nues ?

 

 

                                                                   Thierry CERUTTI

                                                                  Conseiller municipal

                                                       Ancien Maire de la ville de Vernier

16:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

26/06/2014

Formons, intégrons, partageons !

Motion proposée et rédigée par le MCG refusée par la gauche de Vernier et leur nouveau allié l'UDC.

Le vrai visage de celles et ceux qui ne veulent pas former et donner du travail à nos jeunes, partager le savoir et échanger les expériences !!

Les élus du groupe MCG de la ville de Vernier dénonce l'incohérence des socialistes et des verts !

M 502 – 14.06
COMMUNE DE VERNIER
PROJET DE MOTION

au sens des articles 40 et suivants du règlement du Conseil municipal de Vernier

Formons, intégrons, rénovons !!!

Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

À la suite de notre dernier Conseil municipal en mai dernier, le Conseil administratif a évoqué la volonté de prendre à sa charge deux édicules supplémentaires aux Libellules, afin d'apporter une diversité dans les projets mis à disposition des habitants et riverains, ainsi que de leur donner la possibilité de concrétiser des activités sociales.

Comme vous le savez tou
tes et tous, ces édicules ont été financés en partie par la fondation Hans WILSDORF, (les soussignés profitent de la rédaction de cette motion pour les en remercier), laquelle les a mis à disposition de la fondation immobilière HBM Émile Dupont et de la Ville de Vernier sous certaines conditions, notamment pour des projets et activités participatives et sociales permettant aux habitants de se réaliser et de les voir s’accomplir.

Un projet social dynamique, ouvrant les portes à d’autres activités, vous est présenté. Ce projet est avant tout un outil qui permet à la population de pouvoir se réaliser, construire et développer ensemble, pour finir par partager le savoir et la connaissance auprès d’habitants africains notamment.
Pour le MCG, cette main tendue doit porter les gens qui la reçoivent vers des lieux plus propices où la lumière rayonnera de par leurs actions, et redonnera le sourire à ceux qui l’obtiendront par la voie de l'apprentissage et du partage du savoir.

Raison pour laquelle nous souhaitons que ces édicules soient mis à disposition de l’ONG « Apprentissage Sans Frontières », dont le but premier est de favoriser la réinsertion des jeunes à travers la formation duale.

« Apprentissage Sans Frontières » permet à des jeunes défavorisés, non seulement d’acquérir une expérience de travail ici, mais les met également en contact avec d’autres jeunes dans le monde.
En effet, cette ONG intègre également une approche liée aux pays en développement, à travers les jeunes formés en Suisse, qui auront la possibilité de partager leurs connaissances et leur savoir-faire dans ces pays partenaires.

Un des projets phare d’« Apprentissage Sans Frontières » est notamment le projet « SolarNet Africa », basé sur le concept « je cherche, je prête, je forme, je recycle ». Il permet de récupérer des ordinateurs en Suisse, de les faire préparer par des jeunes en formation ici, puis de les expédier dans les pays en développement, où ils servent à une formation informatique. Finalement, les ordinateurs en fin de vie sont recyclés, bouclant ainsi le processus.

le plan social, cette ONG offre une perspective prometteuse pour les Libellules puisque des jeunes du quartier participent au projet ici, créent des liens et des connaissances  professionnels en mettant les ordinateurs à niveau, et peuvent participer également à la formation en informatique dans le cadre de leur réinsertion professionnelle.

Par ces motifs, le Conseil municipal de Vernier  invite le Conseil administratif à :

1 mettre à disposition d’« Apprentissages Sans Frontières » les édicules des Libellules dans le cadre de la réinsertion professionnelle des jeunes ;

2 établir un partenariat en vue de soutenir les projets d’intégration et de formation des jeunes de Vernier ;

3 présenter une étude de faisabilité en s'associant avec l'ONG « Apprentissage Sans Frontières » pour mettre en oeuvre le projet décrit ci-dessus ;

4 définir les coûts de fonctionnement et faire part de ses conclusions à la commission ad hoc.

Pour le MCG : Thierry CERUTTI – Ana ROCH – Stéphane CORNUT – Daniel NOEL
Vernier, le 1er juin 2014

12:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

25/06/2014

LE MAIRE SOCIALISTE DE VERNIER ET SES MALSAINES CACHOTTERIES - suite

 

Dans la démocratie telle que nous la connaissons, il existe au niveau communal deux pouvoirs complémentaires qui les exercent sur mandat de la même source, le peuple. Le délibératif d’une part et, chargé d’exécuter les décisions du premier, l’exécutif.

En toute logique démocratique et républicaine, il est évident qu’une visite aussi importante que celle d’une conseillère fédérale doit être l’occasion de célébrer ses institutions essentielles que sont celles de la commune.

Rêvant peut-être au temps où le Tiers Etat ne représentait que les gueux, ne voilà-t-il pas que notre triumvirat a cru bon de ne pas informer le conseil municipal de la visite officielle de Mme Simonetta Sommaruga à Vernier.

Au lieu de faire de cette visite, qui était un honneur pour l’ensemble des habitants de Vernier, un réel moment de partage inter-communautaire, le sire Apothéloz s’est gardé l’info pour lui. Comme un gamin mal élevé qui garde ses sucettes, incapable qu’il était de partager l’honneur de ce voyage confédéral.

C’est non seulement indécent à l’égard des citoyens de la commune, car cela dénote une suspicion de mauvaise éducation à leur égard, mais c’est profondément anti-démocratique.

Si la réhabilitation des Libellules a été possible cela l’a été grâce à des crédits votés par le conseil municipal, enceinte dans laquelle l’apport des voix MCG est indispensable pour faire aboutir un tel projet. Ne pas convier l’ensemble des élus communaux revient, de la part de sieur Apothéloz, à vouloir tirer à lui une couverture qui, du coup, est bien mitée voir même en ces temps très punaisée...

Le plus surprenant est tout de même l'argument avancé par le socialiste Thierry Apotheloz essayant maladroitement de justifier l'injustifiable en évoquant la problématique sécuritaire, du temps disponible pour faire parvenir les invitations (en 2011 lors des élections, il avait trouvé le temps d'envoyer à près de 7000 personnes un catalogue vantant sa personne en courrier A aux frais de l'administration de la ville de Vernier) et last but not least, accusant même la République et par là le conseiller d'Etat P. Maudet.

Pourtant, les services de police étaient au courant depuis une dizaine de jours de la venue de la conseillère fédérale, tout comme l'exécutif de la commune. Soit bien assez de temps pour organiser l’invitation du Conseil municipal et de faire parvenir les dites invitations à la population et aux élus.

Évoquer les motifs sécuritaires est une insulte pour les habitants des Libellules, les citoyens de Vernier et la population genevoise dans son ensemble. C’est en plus une suspicion inadmissible à l’égard du conseil municipal, qui, si on suit ce raisonnement poserait une problème de sécurité ! Il faut reconnaître que c’est une vision particulière de la démocratie dont ce conseil administratif doit avoir l’exclusivité en Suisse !.

Je me plais à rappeler que la République et Canton de Genève a eu deux conseillères fédérales qui vivaient, selon nos traditions, en citoyennes ordinaires, aux Pâquis et à Lancy sans avoir à redouter d'être menacées ou attaquées.

L’ensemble des élus MCG de Vernier dénoncent cette attitude de roitelet qui met à nu, outre le détestable culte de la personnalité qu’entretient ce Monsieur, son incapacité à cohabiter avec des forces politiques qui ne voient pas le monde comme lui et ses amis.

Il est vrai que l’alliance bancale du conseil administratif actuel de Vernier qui associe la carpe, le lapin et le corbeau ressemble d’avantage à un trou noir politique qu’à un puits de lumière.

 

En 2015 nous ferons tout pour que Vernier puisse partager noter belle devise « post tenebras lux » et mettre fin à l’obscurantisme actuel.

 

Ma question au Conseil Administratif est la suivantes:

 

-         Quelles sont les VRAIES raisons qui justifient d’avoir gravement violé les règles républicaines, partant du principe que le motif sécuritaire est une escroquerie intellectuelle et que le temps manquant est juste un énorme mensonge ?

 

 

Thierry CERUTTI

Député

Conseiller municipal

Maire de la ville de Vernier 2009-2010

11:57 | Lien permanent | Commentaires (2) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

24/06/2014

Les citoyens de Vernier ont le droit à être entendus, écoutés et respectés !

 

La démocratie, pour cet Exécutif de gauche de la ville de Vernier, consiste principalement à ne donner de l’écho qu’à celles et ceux qui sont d’accord avec lui. De ce point de vue, l'arrogance du conseil administratif est exécrable. Il est vrai que de gens qui sont capables de s’allier au seul motif d’occuper les postes alors que sur le fond ils sont totalement en désaccord, on doit s’attendre à tout, y compris au pire.

Existe-t-il, au sein de l'administration de la ville de Vernier qui est le bras armé de l’exécutif, deux types de fonctionnements et d'égards, selon nos préférences politiques ?

Prenons l'exemple d'un citoyen excédé par le non - respect de la part du conseil administratif in corpore à l'égard d'un règlement municipal, pourtant édité par ce dernier.

Le dit citoyen, demande légitimement que l'application de ce règlement soit réelle et le fait savoir. C’est non seulement un droit mais un devoir du citoyen. Du moins dans une démocratie ordinaire, y compris à Vernier quels que soient les arrangements de coulisses entre partis dirigeants.

Sachez qu’à Vernier ce droit est bafoué. Les multiples courriers et mails de ce citoyen restent non seulement "lettre morte" mais notre trio n’accuse même pas la réception  des dits courriers, ce qui constitue une faute impardonnable.

Devons-nous rappeler ici, les devoirs des élus politiques à l'égard des citoyens ?

Je vous passe le rappel des mensonges éhontés du conseiller administratif socialiste en charge de la sécurité, de sa forfaiture en se plaçant au-dessus des lois et du mépris avec lequel il traite les dossiers au fil des mois et des ans, ne conduisant qu’une politique pro-domo, comme dans toutes les républiques socialistes soviétiques de sinistre souvenir.


Ce qui m'amène à me poser les questions suivantes :

 

 

- pour quelles raisons le conseil administratif monocolore de gauche de la ville de Vernier discrimine-t-il des citoyens qui ne partagent pas sa vision du monde et partant néglige de répondre aux questions légitimes que lui posent des citoyens et auxquelles il se doit de répondre ?

- Selon ce conseil, quels sont leurs devoirs à l'égard des citoyens ?

- Une convention concernant l'utilisation du préau d'école de Poussy a été signée, le conseil administratif a-t-il l'intention de la faire appliquer? Si non pour quelles raisons ?

 

En 2015, citoyennes, citoyens de Vernier, soutenez ceux qui osent, le MCG !


16:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

18/06/2014

LE MAIRE SOCIALISTE DE VERNIER ET SES MALSAINES CACHOTTERIES

Nous avons appris par la presse et à posteriori, nous les élus de Vernier, la visite que la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a rendu à la deuxième ville du Canton.

Au lieu de faire de cette visite, qui était un honneur pour l’ensemble des habitants de Vernier, un réel moment de partage inter-communautiare, le sire Apothéloz s’est gardé l’info pour lui. Comme un gamin mal élevé qui garde ses sucettes, incapable qu’il était de partager l’honneur de ce voyage confédéral.
C’est non seulement indécent à l’égard des citoyens de la commune, car cela dénote une suspicion de mauvaise éducation à leur égard, mais c’est profondément anti-démocratique.
Si la réhabilitation des Libellules a été possible cela l’a été grâce à des crédits votés par le conseil municipal, enceinte dans laquelle l’apport des voix MCG est indispensable pour faire aboutir un tel projet. Ne pas convier l’ensemble des élus communaux revient, de la part de sieur Apothéloz, à vouloir tirer à lui une couverture qui, du coup, est bien mitée voir même en ces temps très punaisée...
L’ensemble des élus MCG de Vernier dénoncent cette attitude de roitelet qui met à nu, outre le détestable culte de la personnalité qu’entretient ce Monsieur, son incapacité à cohabiter avec des forces politiques qui ne voient pas le monde comme lui et ses amis.
Il est vrai que l’alliance bancale du conseil administratif actuel de Vernier qui associe la carpe, le lapin et le corbeau ressemble d’avantage à un trou noir politique qu’à un puits de lumière.
En 2015 nous ferons tout pour que Vernier puisse partager noter belle devise « post tenebras lux » et mettre fin à l’obscurantisme actuel.

 

 

16:12 | Lien permanent | Commentaires (6) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

10/06/2014

Affaire Sperisen le jugement inique de cyniques

 

La Genève bien pensante des juges politisés à outrance ne peut que produire une justice orientée en fonction de l’origine de celles et ceux qui composent un tribunal. J’en veux pour preuve le jugement rendu récemment dans l’affaire de Erwin Sperisen.
Celui qui avait la charge de soutenir l’accusation fait partie de ces dogmatiques pour lesquels on juge d’abord sur une base d'accords politiques et on arrange les faits en fonction pour atteindre l’objectif visé.
Sa déclaration une fois le jugement rendu « …. Acte odieux et le plus froid » alors que matériellement son dossier d’accusation est d’un vide sidéral en est la démonstration.
Que ce cynique ose se rendre sur place et aille expliquer cela aux milliers de familles qui ont perdu un des leurs par le fait et les actes de ces criminels qui semaient la terreur et la mort dans tout le pays depuis une quinzaine d'années et on verra bien lequel tuait froidement.
Ce qui est odieux c’est, tout au contraire, sortir des faits de leur contexte et de les appliquer à une analyse purement théorique depuis un bureau  climatisé de la banlieue genevoise.
Ce petit personnage en manque de reconnaisance à la victoire modeste, en public certe, mais derrière les fagots, tel le puceau qui va connaître son premier baiser, sautille de joie et fait sabrer le champagne avec papa, la pom-pom girl et ses deux acolytes. Le goût de cette victoire à bien une odeur nauséabonde, celle des caniveaux, sa pue !
Une fois de plus, la justice politique à la genevoise nous montre son vrai visage, celui de la combine politique qui n’a rien à envier à ces états voyous que la Suisse officielle combat en surface mais que ces tristes individus sanctifient par leurs prises de position officielles au travers de jugements.
la farce était trop bien posée pour ne pas enclencher la mascarade ! Un gouvernement en lutte avec une « rébellion marxiste » ne peut, idéologiquement que déplaire à des tels personnages politisés et sournoisement drapés dans les attributs de la justice. Et c’est de cette façon que peut commencer la mascarade genevoise. Comme tous les supporters du « national-socialisme » on s’en prend au lampiste qui était chargé de ramener l’ordre face à des « révolutionnaires-trafiquants en tous genres ». Car c’est bien de cela qu’il s’agit sur le fond, Erwin Sperisen a mis en œuvre une politique de lutte contre les cartels de la drogue et de l’industrie du rapt décidée par le gouvernement que la Suisse officielle reconnaissait puisqu’il avait ambassade à Berne !
Mais à lire l’acte d’accusation le criminel froid n’étaient pas les narco trafiquants et autres marchands de la mort et de la prostitution contrainte, non c’était le lampiste Sperisen. Genève ne peut qu’avoir honte d’être désormais au Guatemala associée à ces milieux criminels car c’est bien de cela dont il s’agit. En condamnant un exécutant on devient les suppôts de l’autre camp, celui des criminels professionnels et de la tyrannie des monstres du Guatemala, heureux de ce résultat inespéré.
Il est consternant que Genève s’abaisse au rang de justice bananière. Il faut être sacrément pervers pour venir comparer, et ainsi asseoir son raisonnement juridique, les opérations de police genevoise et celle du Guatemala….. alors même que cette justice d’opérette n’est pas même fichue de condamner des dealers qui agissent au vu et au su de tous et que la police interpelle sans cesse !
Mais le plus scandaleux, au demeurant, reste le refus de ce justicier de pacotille d'auditionner les témoins de la défense. A commencer par le journaliste qui a apporté une preuve irréfutable que les deux pseudos défenseurs de la partie civile n'avaient pas leur place à ce procès et ne représentaient nullement la représenter, cette dernière ne souhaitait pas déposer plainte…. ! Que dire du refus de ce curieux attelage judicaire PS-PLR d'entendre des témoins clés de la défense comme le président de la république du Guatemala, alors supérieur de Erwin Sperisen ou encore le directeur de la prison.
La meilleure preuve que ces gens n’ont agit qu’avec la haine en tête et non l’impartialité à laquelle leur serment de juge les oblige, est d’avoir en revanche accepté le témoignage d'un « parraine » criminel sanguinaire qui est revenu plusieurs fois sur ses déclarations contradictoires accusant le bienveillant Erwin d'avoir tuer d'une balle dans la tête un détenu ! Depuis quand la parole d'une meurtrier qui a tuer et découper un morceau ces victimes est crédible, sachant les multiples mensonges que ce dernier à déclarer ? C’est cela que permet le nouveau code de procédure. Ce résultat n’aurait jamais été possible devant un jury populaire. C’est bien pour cela que les fossoyeurs de jury populaire ont milité, permettre de rendre une justice professionnelle, le bon peuple étant trop stupide pour comprendre.
Il est vrai que dans ce procès, la vérité ne comptait point et n'intéressait pas cette justice asservie à des visées politiques, seul un verdict de culpabilité devait être présent. Même sans preuve s’il le fallait.
Malheureusement le bon ordre ne sera pas rétabli puisqu’ils avaient dans leur camp un ancien bâtonnier. Il leur sert bien évidemment de couverture auprès tant de la commission de discipline de l’ordre des avocats qu’il connait par cœur, que de la commission de surveillance du barreau dont il est deuxième vice-président! Lorsque je dis que tout ce petit monde se complait en petits arrangements, je sais de quoi je parle !
Et pourtant, s’il y a bien un sujet dont ces deux instances devraient se saisir c’est bien le fait de faire signer une procuration dont le signataire ne sait pas ce qu’il signe ! C’est l’une des violations les plus graves pour un avocat, mais là aussi le règne des petits arrangements entre « amis » n’est pas près de finir. Tout cela est empreint de l’odeur fétide des plus basses combines et loi de l’image reluisante dont la Genève des droits de l’Homme cherche à se parer !
Estimant que ces faits sont non seulement d’une gravité particulière, mais attentatoire à l’honneur tant de la justice que de la profession d’avocat qui se doivent d’être d’une probité exemplaire, je vais déposer un texte et demander des explications et des sanctions le cas échéant. Il en va de la confiance que les justiciables sont en droit d’attendre tant de leur justice, même si elle est lourdement politisée et donc partiale, et de ceux qui dont autorisés à les défendre.
Cette affaire apporte une démonstration éclatante que cette justice « entre amis » est un non sens. Il n’y a aucune raison pour que le Peuple qui est assez intelligent pour participer aux deux autres pouvoirs soit écarté de celui-ci. Ce jugement, par sa pauvreté de raisonnement juridique nous démontre que ces compositions, savamment dosées politiquement, ne valent rien et que, surtout elles n’assurent en rien une justice impartiale. Tout au contraire, elles rendent une justice malaxée dans le grand pot des arrangements politisés. Nous nous gaussons volontiers de la justice française orchestrée par les partis au pouvoir. L’affaire Sperisen abaisse la justice genevoise à ce niveau de caniveau, c’est consternant.
Il est désormais du devoir de celles et ceux qui croient en une justice sans parti pris politique de lancer une initiative populaire afin de réinstaurer le jury populaire, le seul garant d’un contre poids à ces magouilles de coulisses que nous avons vues dans ce procès inique conduit et défendu par des cyniques. Se sont eux les auteurs d’un acte odieux et de froid calcul, pas Erwin Sperisen.

18:12 | Lien permanent | Commentaires (6) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

05/06/2014

Le MCG dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit !

Pour rappel, lorsque le MCG était au conseil administratif de la ville de Vernier, la même politique a été menée avec succès. Entre 2008 et 2011, O frontalier n'avait été engagé au sein de l'administration communale de la ville de Vernier.

Le magistrat MCG de Vernier avait même imposé que l'attribution des travaux communaux soient attribués en priorité aux entreprises contribuables de la ville de Vernier !

Le MCG toujours une idée d'avance !


Politique exemplaire de la Ville d’Onex

 

La Ville d’Onex est la première commune du canton qui reçoit le label « 1+ pour tous », décerné par l’Etat de Genève depuis 2012. Cette distinction est accordée aux sociétés privées ou publiques, qui ont mené une politique exemplaire en matière d’engagement, en particulier les chômeurs.

 

 

 

Zéro frontalier engagé par Onex

 

L’action volontaire du conseiller administratif MCG Eric Stauffer est ainsi reconnue. En effet, depuis son arrivée à la Mairie aucun employé frontalier n’a été engagé par les services communaux. En particulier, trois chômeurs se sont vus proposer en 2012 un contrat à durée indéterminée. Les engagements pris envers les électeurs ont été tenus bien au-delà de nos promesses.

 

L’intérêt de cette distinction c’est qu’elle s’adresse autant aux entreprises privées que publiques. Plus d’une centaine d’entreprises ont obtenu le label « 1+ pour tous », ce qui a permis à 161 personnes sans emploi d’en retrouver un emploi.

 

Le MCG soutient cet encouragement nécessaire à l’embauche des chômeurs de longue durée ou en fin de droit. Nous devons tous nous montrer solidaires et suivre l’exemple d’Onex

 

C’est maintenant aux autres communes à suivre cet exemple et à mener la politique que réclame depuis plus de huit ans le MCG.

 

Roger GOLAY, Président du MCG

14:21 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

03/06/2014

Affaire Sperisen :ou est la plaignante ?

Une fois n'est pas coutume, nous assistons depuis un certain temps, au cœur même du palais de justice genevois à la plus grande farce, depuis l’affaire Mikhaïloff, que les camarades du "socialisme populaire" -dont l’apogée a été la période Stalinienne-, nous jouent avec le plus grand sérieux.

 

Il convient de souligner que la Genève internationale, si souvent mise en avant par ces mêmes milieux s'en passerait bien, tant l’ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat, engagé dans une lutte sans merci contre les cartels de la drogue jusque et y compris dans le milieu carcéral, est inadmissible pour un pays qui se veut neutre.

 

Cet acharnement est d’autant plus curieux qu’au fond, il fait de l’idéal dit socialiste un régime judiciaire « made in Chiquita », soit à l’opposé de la doctrine PS.

 

Mais il est vrai que les arrangements de coulisses entre le PS et le PLR cèdent volontiers la place à la neutralité du troisième pouvoir.

 

C’est d’ailleurs la seule explication plausible de ce plaidoyer pathétique de l’accusateur public, rejeton cherchant par la vindicte à tuer le père pour se faire un prénom, piétine le droit. C’est également la seule explication qui justifie la cohabitation entre ce populisme juridique et le défenseur habituel des patriciens qui se permet, en toute impunité, de se confondre dans cette fange. Pas la moindre preuve honnête, les seules à leur disposition ayant été négociées, pour ne pas dire autre chose, avec des familles dans la détresse ou des malfrats. Lamentable image que de se donner en pareil spectacle en présentant une plaignante qui ne sait même pas qu’elle a déposé plainte.

Que dire du rôle tenu de celle qui du haut de sa tour d'ivoire, arrogante et suffisante, la pom-pom girl socialiste présidente, fondatrice du club des adorateurs du père fondateur de Trial, dont son portrait trône fièrement au dessus de son bureau comme signe de soumission à son idole, que dis je son gourou. Et pour ne pas déplaire au Maître, telle la soumise, laisse le gosse l'interrompre, lui donner des ordres et mener la séance à sa place. C'est à se demander pourquoi les autres acteurs ne réagissent pas et laisse ces mauvais joueurs, se moquer d'un innocent.

 

Que la justice de notre République se paie ainsi le luxe d’un remake de l’affaire Calas dans laquelle on a arrangé les faits pour justifier la torture puis la mort, en 1762, d’un homme au seul motif qu’il était réformé, est tout simplement intolérable.

 

Mais où est donc le Voltaire des temps modernes qui ose défier ce troisième pouvoir entraîné dans une lutte aussi absurde qu’aveugle car fondée sur le mensonge d’une accusation corrompue, par l’argent de la drogue, du vice et de la traite humaine dans le pays où les faits se sont produits.

 

Comme à Toulouse pendant « l’enquête » où les témoins ont apporté la preuve que Jean Calas était innocent, un journaliste s’est donné la peine, ce que la justice genevoise sourde et aveugle comme le capitoul de Toulouse n’a jamais eu le courage de faire, d’enquêter sur place le confirme. La soi-disant plaignante se trouve perdue quelque part au Guatemala, ne désire pas déposer plainte contre Sperisen, déclare même qu'il est innocent. Mais plus grave du point de vue déontologique genevois, elle n'a jamais demandé à ces deux avocats, qu’elle ne connait pas et n’a jamais rencontré, de la défendre.

Dès lors, quid du rôle des deux avocaillons qui se sont autoproclamés justicier  et défenseur d'une plaignante imaginaire...

au nom de quoi et pour qui ces deux usurpateurs plaident-t-ils ?

 

Pourquoi notre justice ne demande pas à ces deux pied nickelés de quitter la salle et de rentrer chez eux ?

 

Pour quelle raison, la commission du barreau paraît-il chargée de la surveillance des avocats ne se saisit-elle pas de cette flagrante usurpation ?

 

Avant de juger des actes non prouvés, si ce n’est par des multi récidivistes de trafics en tous genres, ne serait-il pas opportun de sanctionner des plaideurs qui se sont auto-proclamés défenseurs d’un personne qui ignore jusqu’à avoir déposé plainte ?

 

N’est-il pas tout aussi curieux de constater que tous les acteurs de cette mauvaise plaisanterie, l’exception d’un seul, soient socialistes ?

 

Je me réjouis de découvrir la réponse…..

 

 

12:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |