22/05/2014

Le socialiste Thomas Wenger n'assume pas !

 

Refusant d'éditer ma réponse dans son blog truffé de contre-vérité à l'encontre du MCG qu'il nomme amicalement et avec beaucoup de tendresse la nouvelle farce, je me dois de rectifier la désinformation rédigée par ce dernier, impulsé par son esprit chagrin, dont vous trouverez l'extrait ci-dessous :

 

Comme tout bon socialiste, le camarade Wenger a fait l'école du mensonge et a obtenu le brevet des bonimenteurs avec la mention très bien, à moins qu'il a la mémoire sélective, pire l'esprit retord....

Il oublie de mentionner, le soldat Wenger, que la ville de Vernier s'est opposé à ce déclassement. Que la majorité du conseil municipal est composé d'élus de gauche et que le conseil administratif à 3 représentants de gauche sur 3.

La ville de Vernier a suffisamment contribué à la construction de logement HBM - LUP et autres.

Aujourd'hui les habitants de Vernier souhaitent avoir une zone ordinaire à cet endroit afin de construire du logement pour les contribuables.

Vous savez, ceux qui vont payé des impôts afin que vous, Mr Wenger et vos camarades de gauche puissent continué à dilapider les deniers publics dans votre politique d'assister.

Au final, Mr Wenger, la farce n'est pas celui ou ceux que l'on croit ni la tâche par ailleurs

 

 

 

 

 

12:38 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

19/05/2014

LE BLOG DE RONALD ZACHARIAS

19/05/2014

Grand Conseil, séance extraordinaire du 17 mai 2014

Il n'est pas nécessaire de le rappeler, l'arrogance et le dédain n'ont jamais été la marque de fabrique des grands de ce monde.

Le Conseiller d'État ayant traité de menteurs les députés du Premier Pouvoir, lors de la séance extraordinaire du Grand Conseil, n'en sort pas grandi.

Nous ne nous attarderons pas sur les éléments concernant le CEVA qui, si révélés alors que connus, auraient à l'évidence influencés l'issue du scrutin portant sur l'élection des Conseillers d'État.

Mais n'ayant pas été informé, selon ses déclarations, il est vrai que M. le Conseiller d'État Longchamp n'aurait de toute évidence rien pu révéler.

Il n'empêche que ce géomètre, cruellement dépourvu d'esprit de finesse, considérant que les seules forces de progrès ayant le vent en poupe, et qui ne cessent de progresser, constituent en réalité une 'nouvelle farce', vient d'être 'attrapé' par la 'vox populi' lors de ces dernières votations.

Nous avons là encore une fois la preuve que les projets tourdivoiristes ne font pas toujours bon ménage avec le réel, toujours bien plus complexe.

Notons quand même, pour terminer sur une note optimiste, la très remarquée 'chaleureuse et amicale' poignée de mains de M. le Président du Conseil d'État à son collègue, M. le Conseiller d'État Barthassat, à l'issue du vote refusant la Commission d'enquête parlementaire sur le CEVA.

Elle signifiait clairement la condescendance et le mépris.

Elle signifiait également que la pratique de la mauvaise foi et du mensonge avait encore de beaux jours devant lui.

15:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

16/05/2014

Dr Jekill et Mister Hyde - la politique de l'autruche de l'exécutif de Vernier !

  1. Les comptes 2013 de la Ville de Vernier ressemblent au personnage de Docteur Jekill et de Mister Hyde.

     

    A première vue, ils sont tout àfait honorables avec un bénéfice trompeur de plus de 5 millions, honorable comme le Docteur Jekill du roman de Stevenson. Mais en réalité, les comptes 2013 ont un visage réel tout àfait monstrueux comme le monstrueux Mister Hyde.

     

    Les comptes 2013 sont en fait monstrueux, parce quils démontrent de dangereuses dérives. Dabord, les charges augmentent tous azimuts ; au final, cela ressemble plus àdu gaspillage généraliséqu’àune bonne gestion dune commune.

     

    Prenons lexemple de la FASE, qui reçoit des financements considérables, il lest dautant plus que cet organe engage de nombreux frontaliers comme travailleurs sociaux, alors que notre commune compte de nombreux chômeurs. Nous devons dabord engager des résidents de Vernier et cela na pas étéfait.

     

    Le sport reste toujours un parent pauvre de la commune qui ne fait pas leffort nécessaire, au moment oùla demande est très importante de la part des habitants.

     

    Si les comptes ont pu être équilibrés, cest grâce au travail de promotion économique réalisépar le MCG quand nous étions au Conseil administratif. Sa politique économique et plus précisément la promotion économique avec les partenaires ad-hoc ont portéleurs fruits puisque àce jour les entrées fiscales sont bonnes pour la ville de Vernier. Cela permet d'éponger la perte nette provenant de la caisse de prévoyance tout en obtenant un bénéfice. A ce jour les outils de bonne gestion de la dette ont étémis en application par le MCG portent leurs fruits pour le bien de tous.

     

    Cet effort permet davoir des rentrées financières extraordinaires qui cachent la situation réelle des finances municipales.

     

    La majoritécontre-nature gauche-libérale a démontréson incapacitéàbien gérer les finances de la commune de Vernier, donnant limage honorable du Docteur Jekill mais menant la politique monstrueuse de Mister Hyde.

     

    A la vue des comptes 2013, nous constatons que la politique menée par le Conseil administratif est néfaste pour la Ville de Vernier. Il faut un véritable changement et le MCG vous recommande de voter non àces comptes inquiétants pour lavenir.

     

     Suivons la voie du bon sens et rectifions cette mauvaise direction, en refusant clairement ces comptes 2013.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

15/05/2014

AFFAIRE SPERISEN - L'AFFAIRE DE TROP POUR LE CLAN BERTOSSA ET LES SOCIALISTES !!!

 

En qualité de député, j'ai déposé en octobre 2013 déjà la question ci-dessous intitulée

L'affaire Erwin Sperisen, - et comment la justice socialiste genevoise a le label,

«justice bananière» !

http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/QUE00111A.pdf

dont la réponse du Conseil d'Etat laisse sans voix, protectrice et complice de la dérive de la justice genevoise pratiquée par les socialistes, démontrant l'omerta qui règne entre gens du pouvoir. Circuler, Madame la Marquise, il n'y a rien à voir…….

Il faut dire que je n'attendais rien de moins de la part de l’Exécutif dentant, une réponse à l’image de la politique qu’il prétendait conduire, un leurre.

Pourquoi dès lors revenir sur l'affaire Erwin Sperisen me direz-vous :

car ce matin l'hebdomadaire l'Illustré, sous la plume de son envoyé spéciale au Guatemela Arnaud Bédat, a publié un article exclusif sur les méthodes douteuses, contestées et contestables des dessous de l'affaire E: Sperizen.

Cet article met en avant un sujet fort intéressant, que dis je édifiant sur les méthodes mafieuses de certains pour faire condamner un innocent et ainsi régler des comptes personnels.

Je vous recommande vivement de le lire :


http://www.illustre.ch/illustre/article/la-plainte-«fantôme»-de-mar%C3%ADa-70-ans-contre-sperisen

 

LE PROCÈS ERWIN SPERISEN

LA PLAINTE «FANTÔME» DE MARÍA, 70 ANS, CONTRE SPERISEN

De notre envoyé spécial au Guatemala ARNAUD BÉDAT

EXCLUSIF

Le procès de l’ancien chef de la police du Guatemala, Erwin Sperisen, accusé d’assassinats, s’ouvre cette semaine à Genève. «L’illustré» a retrouvé la seule et unique «plaignante» de cette procédure hors norme. «On m’a fait signer des papiers en me promettant de l’argent, mais je ne sais même pas ce qu’on m’a fait signer», révèle la vieille dame.........

.........................................

La semaine dernière, l’avocate de María del Socorro Vasquez de Boche, toujours présentée comme l’accusatrice numéro un du procès Sperisen, a écrit à la présidente du tribunal criminel de Genève pour l’informer que sa cliente, en raison de son grand âge, «renonçait» à faire le déplacement à Genève… On semble mieux désormais comprendre pourquoi.

 

 

Tout le monde se souvient du naufrage de l’accusation portée, à des fins purement idéologiques contre le ressortissant russe Mikhaïlov . Cet aveuglement a coûté au denier public genevois un dédommagement de l’accusé innocenté, la bagatelle de CHF 800'000.-. Si vous y ajoutez les millions que la procédure nous a coûté et, cerise sur la tarte déjà bien garnie d’erreurs, le fait que le ministère public et par conséquent la justice genevoise, se sont couverts de ridicule vous comprendrez rapidement que l’ère Bertossa 1er n’a laissé des bons souvenirs que dans chez ses groupies,

Voilà le grand souvenir que le premier des Bertossa a laissé dans la lutte contre la criminalité issue des trafics en tous genres.

20 ans plus tard, comme dans la saga « balasaquienne », voilà que Genève grâce au système de la justice politisée, le PS parvient à placer le fiston.

Celui-ci, en quête de notoriété a réussi la prouesse d’arrêter le fils d’un chef d’Etat sous immunité diplomatique. Même si l’individu ne mérite aucune considération, il n’est pas concevable que l’Etat se conduise comme les voyous qu’il pourchasse. Cette chasse doit être, justement, sans relâche mais en respectant le droit. Les onctions postérieures ne laisseront personne dupe, c’est bien l’identité de l’accusé qui les justifient et non pas la manière.

Cette aventure rocambolesque nous aura toutefois permis de comprendre que « junior » était prêt à tout pour couper ce cordon ombilical bien encombrant, seule voie possible vers une notoriété tant désirée et, qui sait, l’accès aux ors de la république. Pas totalement idiot, il a réalisé que la lumière tant attendue ne sera pas sienne grâce à cette sombre affaire et, pour un temps encore, restera le rejeton de.

Mais chassez le naturel il revient au galop. Genève est, sur ce plan, une terre bénie.

L’occasion tant attendue arrive dans son cabinet par le dossier Sperisen, l’ancien chef de la police nationale du Guatemala.

Dans son esprit c’est le lapin blanc qu’il rêvait de pouvoir sortir de son grand chapeau. Il faut dire qu’il a le profil idéal dans la philosophie bertossienne. Chrétien pratiquant et affilié à un parti de droite et qui, de surcroît a maté sans ménagement une révolte carcérale par la manière appropriée lorsque des représentants de l’Etat son retenus en otage. Il est vrai que l’accusé ne fait pas comme notre procureur d’opérette, il répond aux insubordinations armées par des actes et non des paroles en l’air.

Notre prestidigitateur (ne devrait-on pas dire presto-agitateur), accuse le commandant Sperisen d'avoir ordonné voir même commis des tueries lors des émeutes au cœur d'une prison. Ce qu’il faut savoir et que notre zorro local omet bien de rappeler, c’est que ladite geôle contenait tout ce que le Guatemala comptait de grands criminels, qui purgeaient des peines pour meurtre, tortures, viols aggravés, brigandages avec violence, trafic de drogues dures à grande échelle.

Il est vrai que pour un magistrat qui n’applique que des peines d’opérettes, le recours à la manière forte n’est pas admissible. Mais il voit ça de son cabinet douillet et confortable de la banlieue genevoise, pas depuis un pays corrompu jusqu’à l’os et en proie aux pires trafics. En vérité, c'est un peu comme si le brave Bertossa reproche au commandant Sperisen de ne pas avoir été complice des individus.

Ce qu’oublie surtout de signaler notre apparente blanche colombe c’est le lien étroit, voire particulier, qu’il entretien avec le plaignant, l’association TRIAL.

Ces relations, quasi incestueuses, sont-elles compatibles avec la neutralité et l’impartialité de l’accusateur public ? Ne lui demande-t-on pas de juger «sans haine ni faveur»?

Certes ces notions sont très éloignées d’un juge politisé, à fortiori s’il est du camp opposé à celui de l’accusé.

Se pose donc une réelle question de fond à propos du système genevois. Comment peut-on s’assurer de la neutralité d’un juge lorsqu’on sait qu’il est parvenu là où il se trouve par le biais des arcanes partisanes?

Les constituants avaient cru trouver la parade en instituant un préavis du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM).

L’expérience nous montre que certes ces préavis sont donnés mais que curieusement se sont les candidats qui n’appartiennent pas aux blocs constitués qui se font rembarrer. La solution des constituants n’était donc bonne que sur le papier. Il a omis de calculer la puissance des mauvaises habitudes et des dérives installées dont leur seul but est de préserver les prés carrés des partis dominants.

En qualité de député, donc de représentant élu par le Souverain, je me pose sincèrement la question de la légitimité de ces pseudos élections qui sont orchestrées par les coulisses et dont les dindons de la farce sont, outre les justiciables qui tombent dans un guêpier politisé, les partis minoritaires.

Demain, jeudi, le procès de M. Erwin Sperisen débutera, je lui souhaite d'ores et déjà bonne chance, ne doutant pas de son innocence et qu'il sera totalement blanchi.

 

Toutes les vérités sont bonnes à dire - JE DENONCE !!!!

11:30 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |