26/04/2013

A Vernier, Depuis quand l’exception fait-elle la règle ?

 Depuis quand l’exception fait-elle la règle ?

 

Après les Genevoiseries, voilà que la majorité monocolore rose-verte-bleue crée la

Vernioiserie pour ne pas dire Verniaiserie on en rit encore, mais de couleur jaune.

Le groupe MCG a été stupéfait de la refonte du règlement municipal et surtout consterné de son acceptation par cette majorité monocolore anti-démocratique.

En effet, ils ont modifié complètement un texte de loi pour qu’il soit le bras armé d’un politburo à l’encontre d’un seul conseiller municipal dérangeant, ou devrais-je dire plutôt clairvoyant.

Est-ce le début de la création d’un Orgbur, made in URSS ?

Depuis quand une loi est-elle basée et calquée sur une personne pour y être appliquée à tous ? Dans d’autres pays, certains despotes mettent cette règle en place. A Vernier ce sont les mêmes qui soi-disant luttent contre ces injustices qui les mettent en place. Cherchez l’erreur…!

Ce qui est consternant, c’est qu’une partie des personnes ayant inventé, mis en avant et pris cette décision possède des formations juridiques.

Or, il est bon de rappeler qu’une loi est faite pour l’ensemble de la population et non en regard d’un individu. Il s’agit là du b.a.-ba de n’importe quel règlement/loi, fondant notre démocratie quel qu’en soit son champ d’application. Cela est d’autant plus inquiétant que le bureau qui devrait être un organe apolitique a été politisé.

Comme l’a indiqué un de nos conseillers, les majorités se font et se défont au fil des législatures. Soyez sûrs que la majorité qui vient de mettre en place cette aberration, sera la première à la décrier lorsqu’elle sera minorisée…

Cependant, chaque conseiller municipal ayant voté en faveur de celle-ci devra en assumer la paternité, ad vitam aeternam, de sa mise en application et non comme cela l’arrange. Nous saurons le leur rappeler au moment venu !

Dans le domaine politique, celui qui nous concerne, il est triste et pathétique de voir l’énergie que ce Conseil municipal gaspille à se battre contre un seul élu en lieu et place de la consacrer aux Verniolans qui ont de bien plus graves préoccupations (taux de chômage et de précarité  le plus élevé de Suisse).

Ces modifications transpirent la haine et l’acharnement à l’encontre d’une seule personne. En acceptant les modifications de ce nouveau règlement, vous les élus PS-Verts et PLR avez démontré et prouvé que le cas « d’un élu » pour vous est plus important que les intérêts de la Ville de Vernier et ses habitants, que vous êtes incapables de gérer vos sentiments au sein de cet hémicycle, ce que nous déplorons et regrettons.

Au nom du groupe MCG, une conseillère qui s’est engagée à travailler pour sa population et non l’inverse.

 

Mise au point du président du MCG Vernier:

 Etant le représentant du MCG au sein de la commission des règlements, contrairement à ce qui a été dit en séance plénière, j’ai suivi la quasi-totalité des travaux lors des commissions pour la modification du règlement municipal. D’ailleurs, les procès-verbaux en attestent. J’ai activement apporté des arguments constructifs afin de ne pas avaliser certaines modifications, en mettant en garde de leur portée lors des futures législatures. En effet, de nombreux garde-fous, d’us et coutumes garantissant le bon fonctionnement de notre conseil ont été purement supprimés. Ces derniers cimentaient la démocratie, l’impartialité, la cohésion et le bon sens au sein de notre conseil. J’ai toujours été un fervent défenseur d’échange d’idées et de liberté d’expression. Manifestement, cela ne semble plus être l’essence du fonctionnement du bureau et du conseil. Je ne peux que le regretter.

Lors du dernier Conseil municipal, au vu de la tournure des débats, j’ai annoncé que je quittais la séance. En effet, j’ai estimé que nous n’avions pas à refaire complètement les travaux de commission en séance plénière. De refaire ce débat est  un manque de respect envers notre population et les deniers publics qui nous rétribuent.

Je n’ai pas à être payé deux fois pour le même travail.

Dès lors, pour garder ma ligne de conduite, j’ai décidé de verser la totalité de mes jetons de présence octroyés pour ce Conseil municipal (même s’il a été écourté en ce qui me concerne...) à une institution qui oeuvre pour le bien de tous les Verniolans.

Stéphane Cornut, Conseiller municipal

 

Communication aux habitants de Vernier : ROUTE DE VERNIER

Nous vous informons que suite à la séance d’information à l’école des Ranches, concernant la mise en place irréfléchie et définitive de la fermeture de la route de Vernier aux résidents, nous allons débuter notre action citoyenne par le lancement d’une initiative communale pour combattre cette aberration prise à sens unique et sans concertation avec les intéressés par le pouvoir monocolore en place.

Nous invitons toutes les personnes intéressées à participer à celle-ci, de nous contacter par téléphone ou e-mail, afin de pouvoir organiser une «task force» citoyenne.

Nous vous remercions de votre mobilisation ainsi que de votre soutien

 

15:53 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce texte n’est pas juste une « critique », nous avons imaginé des solutions aux divers problèmes soulevés et espérons qu’il ne restera pas sans conséquences

Nous avons été très surpris du contenu du courrier du 28 novembre dernier, de la Commune de Vernier adressé aux habitants de Vernier, au sujet du maintien de la mobilité dans le village, tel qu’il l’a été décidé en décembre 2010 par la DGM.

Revenons sur les plus récentes rénovations du village de Vernier, augmentant irréversiblement la densité de la population résidente ainsi que le trafic de résidants de la commune, pour la plupart :

1) Fermeture de l’accès (vers les Tattes) aux habitations du village de Vernier par le chemin de Poussy, depuis la route de Vernier et vice versa
Conséquences : augmentation du trafic, venant de la zone industrielle, sur le tronçon de la route de Vernier vers le village, descendant à l’Echarpine et à Poussy, donc plus de véhicules circulant sur ce tronçon, en file, engendraient une augmentation du délai d’attente des véhicules au feu, sur la route de Vernier (tournant/venant dans le village) en provenance de la Ville de Genève, y compris les bus des TPG.

2) Rétrécissement de la chaussée de la route de Vernier, sur le tronçon menant à l’entrée du village depuis la route principale ; suppression de la place sur la chaussée qui aurait pu servir à une voie de bus, mais favorisant une piste cyclable de plus de 3 mètres (sablée/ non goudronnée, bref pas très sécurisée si l’on doit freiner !) et un trottoir bien large (de plus de 3 mètres également ; total plus de 6 mètres), permettant aux rares piétons de se déplacer en direction ou en provenance de la route du Nant d’Avril ; route de passage de véhicules, donc de moindre habitation, commerces et autres lieux de rencontre.
Constatation : il y passe environ 3 à 4 vélos par jour ; il n’y circule pas plus de piétons qu’auparavant ; les bus doivent s’arrêter pour s’assurer de se rencontrer, se croiser sans se heurter.
Coût des travaux : CHF 1 million annoncé (quand est-il de la réalité ?)
Comment un tel projet est-il né et a-t-il été réalisé : fallait-il dépenser un budget provisionné ou a-t-on réellement pesé les avantages et inconvénients d’une telle restructuration ?

3) Interdiction de tourner à droite, direction Genève et aménagement d’une chaussée pour une voie de bus (la Croisette).
Conséquences : les bus 6 et 19 ont gagné 6 minutes sur le trajet entre l’arrêt Philibert-de-Sauvage et La Croisette (direction du centre ville GE vers Vernier-Village). Les usagers TPG en sont contents, les TPG et la Ville de Genève aussi. C’est une bonne nouvelle.
Cependant, les habitants de Vernier n’ont plus le choix, tout comme n’importe quel transitaire, lorsqu’on vient de la Ville, il faut entrer et sortir par une seule issue, l’avenue Louis-Pictet.

Entre parenthèse : merci et bravo aux TPG d’avoir créé la ligne 28 reliant les Verniolans à l’aéroport ! on peut maintenir l’espoir que bientôt il sera aisé de se rendre à Meyrin et à Satigny sans avoir à compter sur des lignes et autres transports à très, très basses fréquences…
D’ailleurs, si la fréquence du 28 pouvait être améliorées, ce serait vraiment bien…En effet, il s’agit de l’unique ligne permettant aux verniolans de se déplacer vers l’Est du canton et éventuellement croiser d’autres lignes pour se rendre encore plus loin, dans de multiples directions. Tandis que les horaires des 6 et 19 sont pratiquement identiques ; ils passent donc à la même heure, même si l’horaire affiché laisse croire que quelques minutes les séparent. Si par exemple, vous manquez ceux de 08:05 (prévus à 08:03 et 08:07), vous êtes bons pour attendre les deux autres suivants…

4) Pratiquement en même temps, que le point 3 ci-dessus :
a. la construction de la Deutsche Schule est achevée (route de Vernier) ;
b. une salle de fête/centre de loisirs est disponible (chemin de Poussy) ;
c. le pavillon de l’enfance de Vernier, crèche (171 route de Vernier) voit le jour ;
d. IKEA ouvre ses portes… (sans pourtant engendrer le chaos pressenti)

5) Juste avant : séries d’immeubles d’habitation à la rue du Village et au Chemin de Saule

6) Juste après, s’ouvre le centre commercial Migros ArcCenter + Outlet Migros…

Conséquences (points 4 à 6) : plus de personnes/véhicules de passage/trafic à Vernier Village… Pollution, places de parking, difficultés de circuler.

Comment peut-on créer autant de lieux, de bâtiments, engendrant automatiquement une croissance importante de la population « circulante » et de l’autre côté refuser cette population ? car de toute évidence, on souhaite qu’elle ne passe pas par Vernier-Village...
Ce n’est pas cohérent, c’est même complètement contradictoire !

Il est évident qu’une seule route pratique pour entrer et sortir (de/vers la gauche ET la droite... tiens... :o)) de Vernier-Village ne peut que concentrer le trafic sur un seul côté, mais ne peut pas empêcher la densité des utilisateurs, surtout s’ils y habitent; car, c'est certain, ce sont les habitants qui souffrent le plus de ces fermetures et détour obligatoire.

D’ailleurs, le feu de croisement, à l’avenue Louis-Pictet, pour tourner en direction du Village, vers nos habitations justement, est réglé de telle sorte que bien souvent l’on perd plus des 6 minutes… Ironiquement, je m’interroge : est-ce pour équilibrer le gain de minutes des TPG ?

Dès lors, non seulement la pollution n’est pas réduite (un peu plus concentrée sur la seule voie d’issue) et, ni la densité, ni la sécurité ne sont amélioréee entre les écoles, bien au contraire, puisque les habitants sont obligés de passer entre l’Ecole des Ranches et de Vernier-Place pour joindre les bâtiments d’habitations à plus forte population, telles que Echarpine, Esplanade, Champ-Claude, Poussy, Saule, centre et bout du village (bibliothèque, centre de loisirs, parc, crèche), etc…
Ainsi, à part les habitants de Montfleury et le Canada, qui n’avaient pas d’utilité directe d’entrer par la route de Vernier, les autres habitants du village (combien sont-ils ?? combien sommes-nous sur les plus de 34'000 ?) citoyens, payeurs des impôts communaux comme les autres, sont incommodés par cette seule issue.

Bien entendu, au point où en sont arrivées les choses, comprenant toutes les possibilités siégeant à Vernier-Village, bâtiments de service et d’utilités publics, une réouverture de toutes les entrées ne règleraient pas tous les problèmes (trafic, pollution, frais). Et il est impensable de revenir sur des travaux pour re-élargir la route de Vernier, et reproduire des frais supplémentaires au coût déjà engendré pour son rétrécissement… Il faut donc trouver une autre solution qui convienne à la majorité des habitants et qui ne leur compliquent pas le retour à la maison après une journée de dure labeur au centre-ville ou dans d’éventuelles autres communes du canton.

Proposition : macarons pour véhicules distribués aux habitants de Vernier-Village, selon recensement sur paiement des impôt communaux, par exemple, qui seront autorisés de tourner à droite, direction centre-Genève, et de tourner à gauche, dans le village, en provenance du centre-Genève. La signalisation étant déjà existante, presque aucun frais supplémentaire ne serait nécessaire.

NB : les frais concernant la pose de barrières devant la Croisette, pour les bus, sont inutiles pour les habitants de Vernier-Village. D’ailleurs si une enquête est menée auprès de la police, service des contraventions (statistiques), il sera constaté que ce ne sont pas ces derniers à emprunter cette voie et ce serait malencontreux de les faire payer !


Nous profitons de la présente pour exposer 2 autres problèmes relatifs à la « mobilité » à Vernier :
a. le virage au bas du chemin de Saule : attendons-nous qu’un accident mortel se produise pour déplacer les places de parkings sur l’autre côté de la chaussée ? Ou pourrait-on prévenir ce fait simplement par le bon sens, la logique ?
Lorsqu’on descend le chemin de Saule, direction chemin de Poussy, il n’y a aucune visibilité en abordant le virage. Et comme de nombreux véhicules DOIVENT justement emprunter ce chemin-là, il nous paraît judicieux que les parkings soient déplacés de l’autre côté de la chaussée. Il est très facile de s’apercevoir de cette « anomalie », simplement en empruntant ce chemin en véhicule (2 roues et/ou plus), c’est une évidence. Et le coût est moindre.

b. Le chemin pédestre menant du quartier de Poussy et Esplanade (nouveaux immeubles) à la route de Vernier, (à l’arrêt de bus, par exemple ou au centre du village) n’est pas aménagé. Il est juste recouvert d’une sorte de sable qui s’engorge d’eau lorsqu’il pleut (et l’été qui tarde…), multipliant les flaques, abîme/salit nos chaussures. Pourtant rien qu’avec une partie des taxes payées par la nombreuse population d’habitants qui l’emprunte, nous pensons qu’au moins un revêtement de dalle en béton ou en caoutchouc (minimum d’un mètre de large sur toute la longueur) ne serait pas un luxe…
Qu’en dîtes-vous ?




PS : les coût ayant été occasionnés par la page A4 recto-verso de plans de Vernier, en papier glacé et en couleur, distribués à tous les ménages de Vernier (+ de 34'000 habitants !), étaient-ils vraiment nécessaires ?
Tout comme le journal de Vernier, également imprimé sur papier glacé, en couleur… à longueur d’années… Ne pourraient-on pas commencer les économies financière et écologiques par un changement de ce type de matériel ?
C’est justement ce genre de constatation qui mène à penser que l’argent de nos impôts pourrait être géré de manière plus efficace et optimale.
Merci de votre attention.

Écrit par : Tina | 04/06/2013

Les commentaires sont fermés.