20/02/2013

72 millions pour Daniel Vasella, une prime indécente !

 

MCG-.jpg

COMMUNIQUE

DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

 

72 millions pour Daniel Vasella

Une prime indécente

Daniel Vasella reçoit 72 millions pour son départ à la retraite. Alors que le chômage frappe de plus en plus de familles en Suisse, cette annonce est tout simplement scandaleuse.

La Suisse connaît le prix des médicaments le plus élevé d’Europe, grevant le budget des ménages par des primes insupportables. Pourtant les entreprises pharmaceutiques osent prétendre qu’il s’agit de rentabiliser les frais de recherche investis dans ce domaine. Sans doute le salaire et les primes de Daniel Vasella sont-ils inclus dans ces frais de recherche !

Aujourd’hui, même l’opportuniste Economiesuisse réagit. Initiative Minder oblige.

Pourtant, ces mêmes milieux économiques sont restés bien silencieux ces dernières années, lorsqu’il aurait fallu mettre de l’éthique et de la décence dans ce domaine.

Ainsi, le 12 mars 2012, Daniel Vasella était invité au Bellevue Palace à Berne, afin de vanter ses mérites, et accessoirement ceux de Novartis, devant un parterre de parlementaires conquis et béats.

Un seul homme, au milieu des éloges unanimes, a eu le courage de se lever et, rappelant à l’orateur ses propos sur la prétendue mission humanitaire de l’entreprise pharmaceutique, lui a demandé, jetant un froid dans l’assistance, si c’était le message qu’il voulait donner à ces centaines de milliers de malades indiens, auxquels Novartis voulait interdire l’accès à des médicaments génériques abordables pour lutter contre le cancer (le Glivec par exemple, médicament anticancéreux coûte entre 25'000 et 50'000 dollars par année pour un malade). Cet homme n’est autre que notre Conseiller national Mauro Poggia.

Daniel Vasella nous promet qu’il en fera profiter des œuvres charitables. Tiens donc, la bonne conscience s’achète aussi. Qu’il s’engage à en verser le 90% à des associations et fondations actives dans la recherche médicale et l’aide aux patients ! Avec 7,2 millions, il lui en restera toujours assez pour compléter sa modeste retraite et les jetons de présence que lui versent toutes les sociétés dont il est membre du conseil d’administration.

 

Malgré cette situation intolérable, et conscient qu’il s’agit de lutter efficacement contre les rémunérations abusives des dirigeants de sociétés suisses cotées en bourse, le MCG reste d’avis que l’initiative Minder, tout en ayant l’immense mérite d’avoir porté le débat public sur cette question importante, a aussi le défaut majeur d’aller trop loin dans les restrictions, ce qui risque tout simplement, dans une économie mondialisée, d’inciter certaines sociétés à mettre leur siège ailleurs pour être justiciables d’un autre Etat. C’est pourquoi la loi fédérale qui a été préparée, et qui constitue le contre-projet indirect à l’initiative Minder, doit être préférée, malgré la tentation de réagir sévèrement face à de tels abus.

Bureau directeur du MCG

 

 

Ecoute, Dialogue, Respect, Solidarité et Action !

 ce sont ces valeurs qui nous rassemblent.

 Je les porte à la Mairie de Vernier

 

VERNIER.jpgThierry CERUTTI

   Député Au Grand Conseil de Genève

  Ancien Maire de la ville de Vernier

 

17:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.