30/05/2012

Les journalistes, ces menteurs !

 

COMMUNIQUE

DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

Campagne de dénigrement politique

OPF, Chancellerie, PLR, même combat : discréditer Eric Stauffer ; porte-parole « L'Illustré »

Nous savions que les OPF, Office des poursuites et faillites, c'était la catastrophe avec les récentes affaires de détournement de fonds, de faux relevés, de fuites malveillantes.

Aujourd'hui, Eric Stauffer dérange à tel point que tous les coups sont permis, de préférence ceux donnés en dessous de la ceinture.

Des faits et rien que des faits

Eric Stauffer a produit respectivement, sans que cela soit contestable et contesté, un Certificat attestant qu'il n'a aucune poursuite en force dans le canton de Genève, quand bien même il a du au fil des années régler deux fois la même poursuite, tant l'Office des poursuites est embourbé dans ses contradictions et sa mauvaise gestion (quittances à l'appui). Un Certificat de bonne vie et mœurs qui atteste un casier judiciaire vierge et en plus confirme que M. Eric Stauffer est de bonne réputation, a été également présenté. Le dernier document fourni par le candidat Eric Stauffer émane de l'Administration fiscale cantonale et atteste que le couple Stauffer est totalement à jour au 16 mai des impôts fédéraux, cantonaux et communaux, y inclus les acomptes 2012.

Eric Stauffer divulgue ses revenus et ses impôts. Le couple Stauffer a des revenus supérieurs à 300'000 fr. par année et paie environ 80'000 fr. d'impôts par année. Tous les documents cités dans le présent communiqué de presse sont disponibles sur demande.

La Chancellerie, commanditée par des forces occultes, se contredit en à peine une année. Voir PV d'audition de l'élection au Conseil administratif de la Ville d'Onex d'avril 2011. Sur la même base légale et les mêmes contrôles, la Chancellerie a attesté que le candidat Eric Stauffer n'avait pas de dettes supérieures à 50'000 francs. Un an après, la Chancellerie obéissant à un Conseil d'Etat réfractaire à voir un candidat MCG occuper les plus hautes fonctions de l'Etat modifie la liste des liens d'intérêts par décision de ce jour, indiquant que le candidat Eric Stauffer aurait 43 actes de défaut de biens représentant 21 créanciers délivrés entre 1990 et 2008 pour un montant total de 140774fr.10. Selon cette liste, le plus ancien acte de défaut de bien date de 22 ans et le dernier d'il y a quatre ans. Eric Stauffer peut justifier de fonds supérieurs à cette somme (qu'il ne doit pas) afin de confirmer qu'il n'a aucune dette supérieure à 50'000 francs.

Ce jour est publié dans le journal « L'Illustré » un article volontairement mensonger et qui prétend qu'Eric Stauffer aurait des actes de défaut de bien pour un montant de 200'000 francs ! Quelle crédibilité accorder à l'Etat avec des chiffres aussi aléatoires et kafkaiens ?

Le candidat Eric Stauffer le dit haut et fort. Ces attaques de caniveau trouveront leur réponse dans les urnes le 17 juin prochain.

Mes Bonnant et Poggia mandatés

Le candidat Eric Stauffer informe avoir mandaté deux avocats :

- Me Marc Bonnant qui représentera Eric Stauffer contre l'Illustré et le groupe Ringier.

- Me Mauro Poggia qui représentera Eric Stauffer contre la tentative de manipulation de Me Charles Poncet, avocat de l'Illustré.

En effet, l'avocat de l'Illustré a tenté très maladroitement - voir échange de correspondances en pièces jointes - de négocier un retrait de plainte d'Eric Stauffer contre la non-divulgation du relevé, qui est faux, de l'Office des poursuites.

Le candidat Eric Stauffer est plus déterminé que jamais et condamne fermement ces attaques de bas étages.

 

Roger Golay

Président du MCG

François Baertschi

Secrétaire général du MCG

 

 

Annexes mentionnées en pièces jointes et/ou sur demande

 

 


COMMUNIQUE

DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

 

Campagne de dénigrement politique

OPF, Chancellerie, PLR, même combat : discréditer Eric Stauffer ; porte-parole « L’Illustré »

Nous savions que les OPF, Office des poursuites et faillites, c’était la catastrophe avec les récentes affaires de détournement de fonds, de faux relevés, de fuites malveillantes.

Aujourd’hui, Eric Stauffer dérange à tel point que tous les coups sont permis, de préférence ceux donnés en dessous de la ceinture.

Des faits et rien que des faits

Eric Stauffer a produit respectivement, sans que cela soit contestable et contesté, un Certificat attestant qu’il n’a aucune poursuite en force dans le canton de Genève, quand bien même il a du au fil des années régler deux fois la même poursuite, tant l’Office des poursuites est embourbé dans ses contradictions et sa mauvaise gestion (quittances à l’appui). Un Certificat de bonne vie et mœurs qui atteste un casier judiciaire vierge et en plus confirme que M. Eric Stauffer est de bonne réputation, a été également présenté. Le dernier document fourni par le candidat Eric Stauffer émane de l’Administration fiscale cantonale et atteste que le couple Stauffer est totalement à jour au 16 mai des impôts fédéraux, cantonaux et communaux, y inclus les acomptes 2012.

Eric Stauffer divulgue ses revenus et ses impôts. Le couple Stauffer a des revenus supérieurs à 300'000 fr. par année et paie environ 80'000 fr. d’impôts par année. Tous les documents cités dans le présent communiqué de presse sont disponibles sur demande.

La Chancellerie, commanditée par des forces occultes, se contredit en à peine une année. Voir PV d’audition de l’élection au Conseil administratif de la Ville d’Onex d’avril 2011. Sur la même base légale et les mêmes contrôles, la Chancellerie a attesté que le candidat Eric Stauffer n’avait pas de dettes supérieures à 50'000 francs. Un an après, la Chancellerie obéissant à un Conseil d’Etat réfractaire à voir un candidat MCG occuper les plus hautes fonctions de l’Etat modifie la liste des liens d’intérêts par décision de ce jour, indiquant que le candidat Eric Stauffer aurait 43 actes de défaut de biens représentant 21 créanciers délivrés entre 1990 et 2008 pour un montant total de 140774fr.10. Selon cette liste, le plus ancien acte de défaut de bien date de 22 ans et le dernier d’il y a quatre ans. Eric Stauffer peut justifier de fonds supérieurs à cette somme (qu’il ne doit pas) afin de confirmer qu’il n’a aucune dette supérieure à 50'000 francs.

Ce jour est publié dans le journal « L’Illustré » un article volontairement mensonger et qui prétend qu’Eric Stauffer aurait des actes de défaut de bien pour un montant de 200'000 francs ! Quelle crédibilité accorder à l’Etat avec des chiffres aussi aléatoires et kafkaiens ?

Le candidat Eric Stauffer le dit haut et fort. Ces attaques de caniveau trouveront leur réponse dans les urnes le 17 juin prochain.

Mes Bonnant et Poggia mandatés

 

Le candidat Eric Stauffer informe avoir mandaté deux avocats :

- Me Marc Bonnant qui représentera Eric Stauffer contre l’Illustré et le groupe Ringier.

- Me Mauro Poggia qui représentera Eric Stauffer contre la tentative de manipulation de Me Charles Poncet, avocat de l’Illustré.

En effet, l’avocat de l’Illustré a tenté très maladroitement – voir échange de correspondances en pièces jointes – de négocier un retrait de plainte d’Eric Stauffer contre la non-divulgation du relevé, qui est faux, de l’Office des poursuites.

Le candidat Eric Stauffer est plus déterminé que jamais et condamne fermement ces attaques de bas étages.

 

Roger Golay

Président du MCG

 

François Baertschi

Secrétaire général du MCG

 

 

Annexes mentionnées en pièces jointes et/ou sur demande

 

 

18:13 | Lien permanent | Commentaires (3) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

Commentaires

Une fois n'est pas coutume, on assiste ces dernières semaines à une pléiade d'articles nauséabonds à l'encontre de notre candidat Eric Stauffer.

Tous ces articles veulent nous faire croire, à nous citoyens genevois, qu'ils sont en possession de la vérité, quelle vérité ? la leur ? sûrement mais pas la VRAI vérité, qui est la nôtre.

De l'Illustré à la TDG avec la complicité de son cerbère le vil Citroni, ils écrivent des mensonges. Ils mentent. Ce sont des menteurs.

Champion de la désinformation l'Illustré s'illustre dans ce domaine là. Où sont les éléments de preuve? Où sont les informations factuelles ? Nul part, ailleurs, évaporés. Mais de cela, les beaufs des médias en ont cure, seul le scoop, le buzze, compte, le reste on s'en moque.

Il serait fort amusant, que nous, citoyens lambda, commençons aussi a enquêter sur ces journaleux de pacotilles, sur leur vie privée, leur hobbies pas catholique, leurs vices peux orthodoxes, leurs familles etc....

On va commencer nous aussi, citoyens lambda à rire et à se moquer de ces petits gens sans honneur, sans vergogne.

Citoyennes, Citoyens de Genève révoltez vous, révoltons nous !!! et dénoncez les agissements vous aussi de ces tordus de la désinformation.

Écrit par : justice pour tous | 30/05/2012

Mauro Poggia répond à la Chancellerie

Avant d'accuser Eric Stauffer d'avoir menti, la Tribune de Genève serait bien inspirée de peser ses mots.

Eric Stauffer a répondu par la négative à la question de la Chancellerie quant à savoir s'il fait l'objet de procédures. Cette question, dont la réponse n'influence nullement l'éligibilité des candidats, a pour but de renseigner les électeurs sur leur moralité.

A l'appui de sa réponse, Eric Stauffer a produit un certificat de bonne vie et moeurs, lequel n'est délivré que si celui qui le sollicite, non seulement ne fait l'objet d'aucune condamnation, mais ne risque même pas une condamnation infâmante dans le cadre d'une procédure en cours.

Selon les informations de la Chancellerie, Eric Stauffer est partie dans 11 procédures.

Décryptage d'une manoeuvre politicienne à laquelle se livre un service de l'Etat, instrumentalisé pour la circonstance:

Sur le plan pénal, Eric Stauffer est plaignant dans 4 affaires. Faut-il le mentionner? Suite aux attaques calomnieuses dont il fait systématiquement l'objet, Eric Stauffer se défend.
Les 2 autres procédures sont une plainte du député Broggini pour une altercation à la buvette, plainte dont le prochain classement ne fait aucun doute, faute de quoi le certificat de bonne vie et moeurs n'aurait pas été délivré avec l'aval du Parquet, et une plainte déposée par Santésuisse pour avoir osé mettre en cause la probité de son président dans une affiche électorale en octobre 2011, et dont tout le monde se souvient. A cette occasion, Eric Stauffer avait dénoncé les liens incestueux entre le monde de la politique et celui des assurances.

Sur le plan civil Eric Stauffer est demandeur dans 1 procédure dans laquelle il demande le respect d'un contrat, et est défendeur dans 3 autres. Dans deux procédures, Eric Stauffer est assigné aux côtés des candidats aux dernières élections fédérales, dans des actions qui visent à valider l'interdiction de publier des affiches mettant en cause Santésuisse et le Groupe Mutuel. Dans la dernière, terminée en ce qui le concerne, Eric Stauffer était assigné aux côtés de la Tribune de Genève elle-même suite à un billet publié sur son blog. La Tribune n'ayant pas accepté sa condamnation pour une question de principe a recouru au Tribunal fédéral.

Voici donc les procédures en question. Le simple fait de les mentionner est indécent, tant il est évident qu'elles ne salissent aucunement Eric Stauffer, le contraire étant même vrai pour la majorité d'entre elles.

Pour ce qui est des actes de défaut de biens inscrits à l'Office des poursuites, la question à laquelle Eric Stauffer a répondu par la négative était celle de savoir s'il avait des dettes pour plus de 50'000 francs.

Cette réponse est conforme à la réalité, car la grande majorité de ces actes de défaut de biens datent de plus de 10 ans, certains même de plus de 20 ans. A un moment où Eric Stauffer a rencontré des difficultés, ce dont il ne s'est jamais caché, certaines poursuites n'ont même pas fait l'objet d'une opposition. D'autres ont été réglées ultérieurement directement en mains des créanciers, lesquels n'ont pas retourné l'original du commandement de payer, certaines sociétés poursuivantes ayant disparu.

Ces créanciers n'ont jamais repris les poursuites, et s'ils le faisaient Eric Stauffer s'opposerait à ces créances.

Un certificat de l'Office des poursuites a été délivré le 11 mai 2012 et confirme qu'il n'y a aucune poursuite en cours.
Comment se fait-il que la Chancellerie, qui n'avait pas tenu compte, à juste titre, des registres peu fiables de l'Office des poursuites, tant pour la candidature au Conseil d'Etat en 2009, que pour la candidature au Conseil administratif d'Onex en 2011, ALORS QUE CES ACTES DE DEFAUT DE BIENS ANCIENS EXISTAIENT, en vienne subitement à changer de position, discréditant par là-même sa démarche?

Une fois encore, qui peut à ce point craindre la candidature de Eric Stauffer pour manipuler ainsi un service de l'Etat?

Même si l'existence de dettes ne rend aucunement un candidat inéligible, il est possible de se demander si l'action politique indépendante est davantage prétéritée par des actes de défaut de biens qui n'ont plus qu'une valeur historique que par des soutiens de campagne occultes dont bénéficient certains candidats, qui en déduiront une dette morale qu'il faudra bien rembourser un jour. Sans parler de tous les engagements financiers de toute nature, bien évidemment incontrôlables, qui ne ressortent pas de l'Office des poursuites...

En conclusion, Eric Stauffer confirme sa réponse négative à la question "Avez-vous des dettes pour plus de 50'000."

L'attitude de la Chancellerie, qui semble parfaitement couplée avec un nouvel article de l'Illustré paru ce jour, n'est qu'une manoeuvre supplémentaire visant à discréditer le candidat Eric Stauffer, lequel reste le seul à pouvoir sérieusement empoigner les problèmes que traverse notre canton.

Mauro Poggia
Vice-Président du MCG – Conseiller national

Écrit par : MCG | 30/05/2012

Ah non ! le mensonge et la désinformation sont les fruits et la propriété intellectuel du Parti Socialiste - PS

Nous avons la primeur des supers menteurs au PS Genevois.

Les pinocchios c'est nous ! point barre !

Écrit par : PS | 30/05/2012

Les commentaires sont fermés.