24/02/2012

Genève, le dernier village gaulois ou l'âge de la pierre…..

L'évolution des mœurs ne serait-elle pas bonne pour la Gendarmerie genevoise ?

 

Depuis quelque temps, je m’interroge sur l’obligation d'être rasé lors de la prise de service et l'interdiction du port du bouc au sein du corps de la gendarmerie genevoise. Une tradition issue, apprend-on, d’une loi napoléonienne, personne illustre et célèbre décédée à Sainte-Hélène en début du 19ème siècle.

 

Genève, serait elle l'un des derniers cantons à la traîne !

 

En effet, alors que nous sommes au 21ème siècle, la gendarmerie genevoise est encore tributaire d’une interdiction datant de l’époque napoléonienne.

 

Ne serions-nous pas capable d'évoluer et de nous adapter aux nouveautés de la société, des coutumes, mais également des mœurs qui sont en constante évolution. L'image de la Gendarmerie genevoise, parfois laissée en désuétude, peu comprise et trop psychorigide, ne devrait-elle pas être mise au goût du jour.

 

La remise en question de certains principes, ne permet-elle pas l'évolution de tout un chacun, mais également d'entités étatiques?

 

L'adaptation au temps moderne n'est-elle pas nécessaire voire incontournable?

 

Avec un peu de retard, la totalité des corps de police et de gendarmerie de notre belle Suisse, ont su s'adapter à cette évolution. Même l'armée, qui ne stigmatise plus les cheveux, dirons-nous coupés longs, et le rasage, a su évoluer.

 

Il serait temps d’en finir avec cette interdiction faite aux gendarmes genevois de ne pas pouvoir porter le bouc en service ou d'être rasé de prêt lors de la prise de service, sachant qu'il est le dernier corps policier en Suisse à avoir encore une telle pratique.

 

Cet ordre est vraiment tiré par les cheveux. C’est bientôt pire qu’à l’armée et c’est vraiment peu dire.... Pas étonnant que les personnes concernées soient parfois de mauvais poil, on en fait des boucs émissaires.

 

A un moment où la Gendarmerie se veut proche du peuple, avec une police de proximité et d'îlotage, laissons également la possibilité à nos citoyens de pouvoir s'identifier aux hommes qui représentent la paix et l'ordre.

 

Les phénomènes de mode sont rassembleurs.

 

Le rasage ne devrait-il pas être facultatif et permettre d'avoir ainsi une Gendarmerie de proximité avec laquelle tout un chacun peut s'identifier.

 

Aussi, j’espère que ces quelques mots ne m'auront pas fait parler dans ma barbe ou bien transformé en bouc-émissaire, mais qu’au contraire, nous puissions discuter de ce problème d’actualité dans un proche avenir.

 

Je demande que l’on supprime cette pratique désuète et rigide, après tout, le plus important, c’est que le gendarme fasse bien son travail et qu’il n’ait pas le poil dans la main....

 

 

Empathie comme stratégie: OUI !

 

Remise en question comme force d'évolution: AUSSI !

La question à la conseillère d'Etat en charge du DSPE est la suivante :

Est-ce que notre Police genevoise ne doit pas s'adapter à l'évolution des mœurs, comme l'ont fait les autres corps de police et gendarmerie helvétiques, mais également l'armée? Est-il vraiment nécessaire d'obliger au rasage systématique les fonctionnaires de la gendarmerie et ceux de la police de la sécurité internationale ?

 

Ecoute, Dialogue, Respect, Solidarité et Action !

ce sont ces valeurs qui nous rassemblent.

Je les porte à la Mairie de Vernier

 

VERNIER.jpg
Thierry CERUTTI
Député Au Grand Conseil de Genève
ancien Maire de la ville de Vernier

17:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.