25/02/2010

Défendre les Citoyens-Députés

 

 

CERUTTI - MCG2.JPG

C’est une tradition bien établie dans le système politique suisse. Le citoyen, en dehors de sa vie professionnelle, donne de son temps pour la cité.  Il s’engage dans notre système de défense comme Citoyen-Soldat; mais également, il accorde de son temps pour sa famille, pour des activités associatives ou encore en assumant  des fonctions politiques.

Quels que soient sa profession, sa religion, son origine, son statut social , chacun a le droit fondamental – et même le devoir – de participer aux affaires publiques. En d'autres mots, chacun peut et doit s'engager pour la chose publique -  la « res publica » en latin - c’est-à-dire la République !

Cette vision de la République, que le monde entier nous a envié et qu’il est de bon ton de dénigrer aujourd’hui, est mise en cause par un député socialiste. Ce dernier, étrangement, s’en prend aux fonctionnaires, plus précisément à une catégorie de la fonction publique : Il propose de « sortir les élus policiers du parlement » (Tribune de Genève du 9 février), en oubliant de dire qu’ils siègent en tant que députés, et non comme policiers, médecins, avocats , enseignants, ou employés.

Apparemment les  policiers-députés, dont je fais partie, dérangent certains – ce qui prouve la qualité de leur travail - et il pourrait y avoir des arrière-pensées politiques. Mais, passons sur ces arguments qui ne méritent même pas de s’y arrêter. On n’écrit jamais une loi contre des personnes et contre des partis, comme s’y complaît mon collègue député socialiste, mais pour des principes et pour le bien commun !

L’argumentaire anti-police se démonte comme un jeu d’enfant :

  1. le gendarme/policier est loin d’être le seul à disposer d’un pouvoir d’autorité. L'enseignant  impose un savoir et sélectionne ;  le médecin prescrit des ordonnances influant sur notre bien le plus précieux, la santé ; les parents disposent de l’autorité sur leurs enfants, l'avocat sur son client, l'assistant social sur les plus démunis etc. ;
  2. le policier prête serment, mais les avocats ou les médecins également. D'ailleurs le policier ne s'engage pas envers le Conseil d’Etat (ce qui confinerait à un système dictatorial et nos ancêtres ont bien évité de tomber dans ce piège) mais envers la République et canton de Genève.

Plus fondamentalement, notre démocratie suisse a besoin d’une représentativité de tous les secteurs de la société. L’exclusion d’une profession, plébiscitée par les électeurs le 11 octobre 2009, serait le signe inquiétant que les magouilles politiciennes auraient pris le dessus sur notre système démocratique helvétique et sur la République.

La principale menace à notre système de représentativité, actuellement, réside dans la sous-représentation des salariés au sein du Grand Conseil genevois comme dans d’autres Parlements.

Il convient donc de défendre la participation des citoyens à la vie politique, de tous les citoyens, une valeur suisse qui est portée par le Mouvement Citoyens Genevois.

Thierry CERUTTI Député - Maire de la ville de Vernier -  -Sous-brigadier de gendarmerie

 

Ecoute, Dialogue, Respect,

 

ce sont ces valeurs qui nous rassemblent.

Jean Villette les portera à la Mairie de Thônex

 

 

 

VERNIER.jpg
Thierry CERUTTI
Député Au Grand Conseil de Genève
MAIRE de la ville de Vernier

15:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo pour votre argumentaire

- Le pouvoir d'autorité du policier est effectivement comparable avec celui d'un médecin ou d'un enseignant. Oui, nous citoyens, nous vous avons délégué le monopole du droit d'usage de la violence ! Ce n'est pas rien, car nous avons une entiere confiance a vous la police.

- Ce n'est pas le simple fait de prêter serment qui pose problème, c'est le fait de prêter serment entre un représentant du pouvoir judiciaire et exécutif ! Cela au détriment du pouvoir parlementaire représenté par votre 2ème casquette de parlementaire.

Bref, beaucoup d'argument fallacieux dans vos écrits, et surtout, vous ne vous prononcez pas sur le fond qui est : De part le serment d'allégence qu'il prête au conseil d'Etat, un parlementaire policier à un conflit de loyauté envers le parlement et donc le peuple souverain qui l'a élu.


Bref, moi Djinus je suis une pive et je prends le reste des gens pour des pives avec mes commentaires falacieux

Écrit par : Djinius | 26/02/2010

C'est étrange, mon cerveau a du se rouiller.. je ne vois pas vraiment ce qui est ridicule dans l'argumentaire de Mr Cerutti.

Le principe démocratique veut que tout citoyen puisse être élu par le peuple pour le représenter et le servir. Lorsque le candidat (la personne qui être prête à donner de sa personne et de son temps pour gérer la chose publique), est élue, c'est par le peuple, qui a tout loisir de choisir en connaissance de cauuse le meilleur candidat...

Si certains estiment que les policiers ne font pas de bons candidats, alors rien de ne les empêche de l'exprimer lors de la campagne. On pourrait dans la même lignée demander de ne pas voter pour les avocats qui sont tous des menteurs, ou bien pour des personnes pauvres, qui le sont certainement par manque d'intelligence et auront donc des difficultés à gérer la chose publique etce etc etc...

Ces arguments ne sont pas forcément pertinents, mais libre au peuple de les juger et de voter en connaissance de cause.

Par contre, interdire tout simplement à quelqu'un de se présenter du fait de sa profession représente un recul de la démocratie gravissime.

Écrit par : olivier | 26/02/2010

Djinus apparemment vous ne lisez pas correctement mais bon vu la mauvaise fois crasse que vous avez a l egard de la police et du MCG sous votre anonyma je ne suis pas etonne

le police prête serment a la republique du Canton de Geneve et non aux autorites

si vous pensez que la manipulation exercee par certains milieu sociaux a l egard des plus demuni n est pas important
si vous pensez que la manipulation par l outil de l enseignement a l egard de nos enfants n est pas important

je vous repondrai que pour moi ces gens ne sont pas controle alors que la police oui.

bref vous etes le seul a tenir des propos falacieux Djinius l anus
allez bon vent

Écrit par : jc Mahe | 27/02/2010

Bravo M.Cerutti,

Quand le citoyen rentre dans la police il ne rentre pas dans une secte qui l'empêcherait de s'exprimer et de vivre sa vie de citoyen.

La députation DOIT représenter la plus large étendue des composantes de notre population.

Même si certaines professions facilitent davantage l'exercice du mandat d'élu, cette mission n'est pas réservée aux élites, qu'elle soient médicales, financières, ou syndicales.

Le policier en tant que citoyen, ne doit pas être le pestiféré que l'on rejette du parlement, pour cause d'activité professionnelle.

Au contraire, l'on devrait saluer l'engagement supplémentaire et surtout se réjouir de pouvoir profiter de l'expérience "terrain" des policiers pour élaborer des lois qui soient plus adaptées aux besoins créés par une société que évolue continuellement, mais qui malheureusement entraîne dans son sillage de plus en plus d'insécurité.

Le parlement doit permettre l'expression de tous les citoyens qui sont élus, quelque soit leur profession, flics y compris !

Écrit par : A. Jimenay | 27/02/2010

Les commentaires sont fermés.