02/08/2012

Vernier - discours du 1er août 2009

_MG_8270b.jpg

Discours du 1er août 2009 de Thierry Cerutti Maire de la ville de Vernier

 

 

 

Chères Concitoyennes et Chers Concitoyens, Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

 

Au nom de la Commune de Vernier, en qualité de Maire, je tiens à vous souhaiter la bienvenue au Lignon, pour fêter tous ensemble dans la bonne humeur un jour important: le 1er Août, notre fête nationale.

 

Autour des lampions et près du feu de joie, qui porte bien son nom, nous célébrons des valeurs communes, que nous partageons, quelles que soient nos origines et quelles que soient nos différences. Nous nous retrouvons tous fédérés par ces idées essentielles qui se sont parfois effacées au cours des années et qui méritent d’être rallumées comme un feu du 1er août.

 

Aujourd’hui, nous sommes tous réunis pour célébrer un moment fort de notre vie nationale. Il y a plus de 700 ans, en 1291, trois cantons, Uri, Schwyz et Unterwald, ont signé un pacte, qui a donné naissance à notre pays, la Suisse des 26 cantons.

 

En 2009, le pacte de 1291 garde toute sa valeur. Il fut un acte de résistance et de courage, dirigé contre une menace extérieure, le despotisme des Habsbourg. En 1291, des hommes libres décidaient de se réunir pour défendre leurs droits contre de puissants seigneurs, qui voulaient les asservir. Ils exigeaient aussi que des juges arbitraires, désignés par les Habsbourg, ne puissent sévir dans ces vallées.

 

Au cours de ces nombreux siècles, d'autres vallées, d'autres villes et d'autres villages comme Genève et Vernier ont décidé de rejoindre la Confédération suisse.

 

Ensemble, désirant la liberté et la démocratie, nous nous sommes tous réunis autour du Pacte de 1291.

 

Si nous avons rejoint ce Pacte, de nombreux autres pays, en quête de liberté, s’en sont inspiré. Il suffit de penser à la Révolution française ou à la Révolution américaine qui a donné naissance aux Etats-Unis au 18e siècle.

 

Nous devons avoir le courage d’affirmer que le passé de la Suisse est une force. Le Pacte de 1291 reste un acte de courage, presque incroyable à cette époque, et nous devons, aujourd’hui nous les Citoyennes et les Citoyens, en être fiers.

 

En prêtant serment de se défendre mutuellement contre toute menace venant de l’extérieur, en se prêtant assistance contre le futur envahisseur, les Suisses de 1291 ont permis la création d’une démocratie remarquable et accueillante. Avec une seule idée, qui reste toujours valable: un pour tous, tous pour un!

 

A une époque où la Suisse est injustement traînée dans la boue, même par certains puissants chefs d’Etat étrangers qui veulent nous voir disparaître, il est important que nous les Suisses, nous les résidents Genevois, nous les habitants de Vernier, nous gardions en mémoire ces valeurs fondamentales: avoir du courage, résister. C’étaient les valeurs des Confédérés de 1291.

 

A voir les attaques dont notre pays fait l’objet, qu’il s’agisse des Etats-Unis, de la Libye, ou d’autres menaces tout aussi sournoises, le serment de 1291 garde toute sa valeur en 2009, preuve que les trois Suisses étaient clairvoyants. Et déjà, ils restaient pacifiques puisqu’ils s’engageaient à «résister à l’agression des méchants», qui existent toujours comme le prouvent les derniers événements internationaux.

 

Ces attaques indignes nous rappellent aussi que la Liberté et la Démocratie ne sont jamais acquises. Chaque jour, nous les Citoyennes et nous les Citoyens, nous devons nous battre pour les défendre, pour les faire vivre, à une époque où une certaine élite à tendance à capituler.

 

En 2009, les menaces ne sont pas moins dangereuses que celles de 1291, mais elles ont simplement changé de forme. Aujourd’hui, l’ouverture parfois mal maîtrisée de nos frontières donne lieu à du dumping salarial et exclut trop de résidents genevois du marché du travail. Le chômage devient en 2009 une nouvelle forme d’asservissement que nous devons combattre. En 2009, la menace des Habsbourg s’est placée sur le plan économique.

 

Sur cette même pente dangereuse, l’action de notre pays à l’étranger manque de fermeté, ce dont peuvent profiter certaines puissances extérieures.

 

Les Habsbourg de 1291 ont trouvé une relève qui nous est hostile. Cela doit nous renforcer et nous inciter à suivre les Confédérés de 1291 dans leur action de résistance courageuse. Autrefois, les menaces étaient guerrières ou féodales, aujourd’hui elles sont devenues économiques et diplomatiques.

 

Croire que la Suisse du 21e siècle s’ouvre sur le monde relève d’une douce illusion, puisque notre pays n’a jamais cessé de se situer face à l’extérieur et de se placer intelligemment face à l’étranger, sous une forme ou une autre. En 1291 déjà, le col du Gothard faisait de cette région l’un des axes les plus ouverts sur le monde, qui savait défendre ses intérêts contre la menace extérieure. Il n’existe donc aucune contradiction entre l’ouverture sur le monde et la défense contre la menace extérieure.

 

Face à l’étranger, la Suisse a réussi à se faire respecter durant des siècles en montrant sa force. Certaines personnes mal inspirées voudraient que nous présentions nos faiblesses et une soumission face à l’extérieur, en prétextant qu’il s’agit de s’ouvrir sur le monde.

 

Cette direction est dangereuse et ne peut nous conduire qu’à la catastrophe. Ce serait un reniement complet du Pacte de 1291.

 

Au contraire, soyons fiers de nos racines, de nos racines suisses, car elles vont nous permettre de mieux affronter l’avenir.

 

C’est un formidable héritage qui nous a été légué par des générations de Suisses, d’étrangers amis de la Suisse bien assimilés et parfaitement intégrés. Cet héritage, nous les Citoyennes et les Citoyens de Vernier, nous devons le préserver et nous montrer à la hauteur des défis actuels.

 

Au moment où notre pays est attaqué, il est temps d’affirmer que nous sommes honorés et dignes d’être Suisse et d’habiter en Suisse.

 

Nous sommes fiers de défendre un idéal de liberté_MG_8235b.jpg

Nous sommes fiers de notre tradition démocratique

Nous sommes fiers de revendiquer le Pacte de 1291

Nous sommes fiers de nos valeurs suisses

Nous sommes fiers de Genève

Nous sommes fiers de Vernier

Nous sommes fiers de notre pays et de ses habitants.

 

 

Unis tous ensemble, Défendons nos libertés et notre démocratie!

 

Vive Vernier, vive Genève, vive la Suisse!

 

Longue vie au Pacte de 1291!

 

_MG_8325.jpgLe Maire

Thierry Cerutti

Député - Genève

 

 

 

Ecoute, Dialogue, Respect,

 

ce sont ces valeurs qui nous rassemblent.

Je les porte à la Mairie de Vernier

VERNIER.jpg_MG_8330.jpg

15:26 | Lien permanent | Commentaires (6) | | | Digg! Digg |  Facebook | | | |

Commentaires

Monsieur Le Maire

BRAVO pour votre discours
BRAVO pour votre excellente prestation
BRAVO pour avoir redonné un sens à notre fête Nationale à Vernier
BRAVO pour la superbe soirée que vous nous avez offert
BRAVO pour l'originalité des concerts
BRAVO pour votre gentillesse, votre amabitité et votre accessibilité

MERCI pour tous ce que vous faites pour nous les habitants de Vernier

Écrit par : citoyen de Vernier | 02/08/2009

Les vrais Suisses ne sont pas ceux qui pleurent sur l'ouverture des frontières et qui exaltent le nationalisme en faisant croire que c'est du patriotisme ; non les vrais Suisses ce sont ceux qui qui voient loin et qui contruisent l'avenir, non à coup de slogans, mais en entreprenant.

Les vrais Suisses sont ceux qui contruisent le nouveau tunnel du Gothard et non pas ceux qui s'opposent au CEVA.

Alors les discours de repli sur le Pacte de 1291 ne nous mèneront à rien. Etre dignes de nos ancêtres, c'est avoir le courage de dire "nous avons commis des erreurs", c'est être capable de lancer des ponts comme Tony "El Suizo", sans arrière pensées.

Parfois je me demande : où en serions-nous si Guillaume Tell avait raté la pomme ?...

Que voulons-nous : "être un immense coffre-fort dont la serrure remplacerait la croix sur notre drapeau ?"

Quand ce pays aura une vision d'avenir, quand il cessera de se regarder le nombril, quand il cessera de croire qu'il est grand, quand il cessera de croire que ses errements ne sont pas négociables, quand il cessera de confondre la croix rouge avec la sienne qui n'est pas tout à fait blanche, quand enfin il partagera ses richesses en fonction de son PIB, peut-être pourrons-nous, avec toute la modestie qui nous siéra, servir d'exemple.

Nous sommes fiers de nos ancêtres de 1291 ? Et eux, seraient-ils fiers de nous ?

Écrit par : Michel Sommer | 02/08/2009

@Michel Sommer,

Je comprends pourquoi la Suisse va si mal en 2009, surtout en lisant votre commentaire.

Si je vous suis bien, vous êtes un partisan de l'ouverture absolue des frontières, du chômage généralisé, des dépenses publiques inutiles pour des milliards , et du dénigrement envers nos valeurs suisse

Entre vous et moi, M. Sommer, il y a une différence importante:

- votre Suisse, c'est la Suisse des milliards pour le CEVA, des coffres-forts, du PIB et, pour résumer, la Suisse du pognon. En résumé, ce que prônent les radicaux genevois, dont vous êtes proche.

- ma Suisse, c'est la Suisse des valeurs de liberté et de démocratie, qui est ouverte à chacun quel que soit le niveau de son compte en banque ou sa situation personnelle, c'est la Suisse des Citoyens, défendue par le MCG.

Vous avez une vision si étroite de l'avenir de la Suisse, qu'avec vous la Suisse n'a plus d'avenir. Elle est condamnée à disparaître

Je refuse votre posture de dénigrement systématique.

Nos ancêtres ne seraient pas fiers des Genevois qui vont claquer 2 milliards de francs pour le CEVA, sans avoir un réel débat démocratique, en intimidant leurs adversaires. Ils seraient fiers que quelques citoyennes et citoyens continuent à résister et à défendre notre Confédération helvétique.

Vive Vernier, vive Genève, vive la Suisse!

Raison pour laquelle je me reconnais totalement dans le discours du Maire MCG de Vernier Thierry Cerutti.

Écrit par : J.-C. Mahé | 02/08/2009

"Merci ! Enfin un discours comme on aime entendre le jour de notre fête nationale. Je suis contente d'avoir pour une fois depuis bien longtemps un Maire qui nous redonne l'espoir que notre belle suisse n'est pas encore perdue. Il faudrait que d'autres politiciens prennent conscience comme vous et votre parti, que les Genevois en on raz-le-bol de tous ces étrangers qui veulent dicter leurs lois dans notre pays. Merci de votre dévouement pour notre belle commune de Vernier."

Écrit par : Une citoyenne de Vernier | 02/08/2009

A M. Mahé,
Non, Cher Monsieur, vous ne m'avez pas bien suivi. Vous devriez me relire.
Mais peut-être avez-vous raison : plutôt que de construire le CEVA, on devrait clôturer le canton ; cela coûterait moins cher et ce serait plus efficace. Plus d'étrangers chez nous, plus de chômage, que du bonheur. Vous êtes en train de confondre patriotisme avec nationalisme. Et la meilleure pour finir : moi, proche des radicaux...

Écrit par : Michel Sommer | 04/08/2009

@ Sommer M.

décidemmment vous avez également des difficultés à assimiler la lecture

ou est - ce qu'il est dit dans les discours du MCG qû'il fallait clôturer le canton afin que les étrangers ne puissent pas venir dans notre belle république ?

Non, Monsieur, le MCG veut que nous privilégions les emplois aux résidents genevois, dont fait partie 45% d'étrangers et 25% d'étrangers naturalisés

le MCG veut que nous formions nos jeunes, que nous donnons un enseignement de pointe, que nous créont des logements

ce qui est tout le contraire de ce qui se fait aujourd'hui et ceci grâce à l'immobilisme des partis traditionnelles qui ne pensent qu'à eux.

Heureusement que le MCG est arrivé dans la cours de ces coquins afin d'y remettre de l'ordre

Écrit par : jules | 05/08/2009

Les commentaires sont fermés.